Accueil » CHRONIQUE » Le livre scolaire qui «dérange» !

Le livre scolaire qui «dérange» !

Le ministre de l’éducation a indiqué qu’il n’y a pas de pénurie du livre scolaire. Or, personne n’a évoqué la rareté du livre scolaire, les parents ont parlé de la galère de se le procurer depuis que la vente de ces livres n’est plus assurée dans les établissements scolaires. En effet, depuis que la vente des manuels scolaires a été externalisée des établissements scolaires, notamment en raison du boycott des intendants et des directeurs d’écoles, les parents d’élèves peinent à trouver facilement les livres scolaires. Des files interminables ont été relevées dans plusieurs villes d’Algérie. Le ministre Belabed a indiqué que l’opération de vente du livre scolaire « avance à un rythme croissant avec une baisse de la pression sur les établissements éducatifs et les points de vente dans plusieurs wilayas », saluant « la contribution et la démarche des associations des parents d’élèves et des syndicats agréés dans le secteur, dans l’accompagnement du ministère en la matière ». Le ministre a souligné, « qu’ aucune annulation de vente des manuels scolaires n’a été décidée, tout comme aucun changement ne s’est produit sur les modes d’acquisition du manuel scolaire, la vente devant se faire en priorité à l’intérieur de ces établissements ». Et pourtant, on ne vend plus de livre scolaire dans les établissements scolaires. « Il n’y a aucune pénurie de manuels dont les titres ont été imprimés à un nombre plus élevé que celui des élèves et qui ont été acheminés à travers les centres de wilaya », a-t-il soutenu. Le ministre de l’Education nationale a insisté sur l’organisation d’expositions de vente des manuels scolaires en cas de besoin, pour peu que ces événements soient organisés dans les régions à forte demande. En outre, il a mis l’accent sur la nécessité d’élaborer une carte des points de vente qui sera publiée sur la page Facebook de toutes les directions de l’?ducation mais également dans les lieux publics. Indirectement, il a reconnu qu’il y a déjà des problèmes dans l’acquisition des livres scolaires. Et pourquoi attendre donc une semaine pour réagir et pourquoi n’avoir pas organiser des foires ? et dire que dans certaines villes d’Algérie, il n’y a pas assez de librairies alors que des librairies n’existent pas dans des villages. Il est temps de mettre en vente des livres scolaires juste après les grandes vacances et penser à un livre « standard » que l’on ne change pas tous les deux ou trois ans.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...

FAO, tout s’envole !

Les prix des produits alimentaires ...

Le baril atteindra les 100 dollars!

Mercredi, le prix du baril ...

Israël, seul face au Monde!

Depuis ce week-end, des milliers ...