Accueil » ACTUALITE » Le journaliste politique français, Jean-Michel Aphatie, à propos de la colonisation. «La France doit des excuses à l’Algérie»

Le journaliste politique français, Jean-Michel Aphatie, à propos de la colonisation. «La France doit des excuses à l’Algérie»

La conquête d’Algérie par la France coloniale est un acte “impensé”, selon un journaliste français. Dès 1830, ce qui ressemblait à cette époque comme un peuplement “forcé” du territoire algérien pour soutenir en vivres les forces militaires grandissantes, s’est transformé en une colonisation barbare, violente faisant d’elle un acte politique purement abject et sans morale . Le 31 janvier, le Conseil des ministres français décide d’organiser une expédition à Alger, à Sidi Fredj, alors sous régence ottomane. Les batailles furent farouches et on a dénombré entre 1830 à 1848, c’est à dire à la fin de la résistance d’Emir Abdelkader, près de 100.000 morts parmi les soldats français sans compter les disparus et les militaires décédés des suites de maladies. La France qui regrette à ce jour de s’être embarquée dans une conquête vouée à l’échec à l’avance, a payé cash ses errements. Pourquoi? Ce fut une guerre injuste contre un peuple musulman et paisible qui n’était forcément pas la sienne. Ensuite parce qu’elle a spolié des terres qui n’étaient pas les siennes, tué gratuitement et sans défense des civils algériens, torturé, miné les frontières, organisé des essais nucléaires, enterré sous l’appellation “inconnu” des centaines de résistants algériens, répudié d’autres en Nouvelle Calédonie et en Guyane, dilapidé les richesses du sol algérien … Quoi de plus choquant ? Le contentieux est lourd, très lourd. Mais ce fut en même temps une vaillante résistance algérienne et des combats féroces contre les forces coloniales qui resteront écrites noir sur blanc dans l’histoire. Le bilan macabre des atrocités commises en Algérie par la France coloniale est digne d’un enfer durant 132 ans d’occupation illégale et arbitraire. Raison essentielle qui fait qu’elle doit des excuses à l”Algérie. Mais la France qui craint, de ses excuses, une volonté de courber l’échine, ne réalise pas à quel point elle est dans de beaux draps. Pour les historiens français, la page doit être tournée et la France coloniale doit reconnaître sec crimes commis en Algérie. Il s’agit d’une colonisation qui n’a apparemment rien à voir avec aucune dans le monde, dans les annales. Emmanuel Macron a écarté, le mercredi 20 janvier, toute idée de repentance et d’excuses envers l’Algérie pour les crimes perpétrés par la France durant la colonisation de l’Algérie. Cette décision a suscité bon nombre de réactions chez une certaine classe politique de l’Elysée et des journalistes français. La France « doit des excuses à l’Algérie » dont la colonisation (1830-1962) « ne ressemble à aucune autre » colonisation de par sa violence, a affirmé le journaliste politique français Jean-Michel Aphatie, la qualifiant « d’acte politique impensé ». « La colonisation algérienne ne ressemble à aucune autre colonisation. Nous devons des excuses (à l’Algérie) », a souligné M. Aphathie qui intervenait sur une chaîne TV française, lors d’un débat sur la colonisation française. « Nous ne savons pas pourquoi la France a conquis Alger, le 5 juillet 1830. C’est un acte politique impensé », a-t-il dit, expliquant qu’à l’époque, Charles-Philippe de France, connu sous le nom de Charles X, « était basculé par les Libéraux en France, lequel mène une opération militaire pour sa gloire personnelle ». Vingt-cinq jours plus tard, Charles X « perd le pouvoir le 30 juillet 1830 et Louis Philippe lui succède », a ajouté M. Aphatie, un éditorialiste qui cumule une grande expérience pour avoir exercé dans plusieurs médias français, relevant que ‘ »personne ne savait quoi faire en Algérie et l’armée (française) était livrée à elle-même sur le terrain ». Il a expliqué que c’est « à partir de là que va commencer la conquête de l’Algérie (qui) était tellement violente, qu’en 1845, il y a eu une campagne de presse européenne pour la dénoncer », a-t-il déploré . Le journaliste a qualifié de « scandale » qu’une avenue soit baptisée du nom du maréchal Thomas Bugeaud qui « s’est comporté comme un boucher ». « Aujourd’hui, le maréchal Thomas Bugeaud est honoré par une avenue à Paris. C’est un scandale », a asséné M. Aphatie qui a, à son actif, plusieurs publications dont notamment un ouvrage intitulé « Liberté, égalité, réalité ». Condamnant la colonisation française, il a aussi regretté que des générations d’Algériens soient privées de leurs droits et spoliées de leurs terres. « On a volé les terres aux Algériens, on a empêché la scolarisation de cinq générations d’Algériens, condamnés à l’ignorance et à l’analphabétisme. On a lancé du napalm sur des villages algériens », s’est encore offusqué M. Aphatie, connu pour ses positions politiques jugées justes et courageuses.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Avantages accordés aux investisseurs par l’AAPI. Près de 160 secteurs d’activités exclus

Algérie–investisseurs pourquoi ça ne marchait ...

Rencontre du FLN et suspension surprise des travaux. Incidents verbaux et vive contestation

Une réunion, regroupant les cadres ...

Après deux ans d’exception, retour au système habituel dans l’enseignement. Rentrée des classes pour 11 millions d’élèves

La dernière épine qui pesait ...

Hassi Mefsoukh. Le président de l’APC soulève le problème du «manque de foncier de l’habitat rural»

Sise à plus de 30 ...

La piste d’une gestion en intérim de la commune de Bousfer se précise. L’incompatibilité d’humeur se poursuit entre le maire et certains de ses élus

La situation de blocage que ...