Accueil » CHRONIQUE » Le gaz, le «coup» de l’UE

Le gaz, le «coup» de l’UE

Les 27 membres de l’Union européenne ont passé un accord, vendredi 25 mars. «Ils ont passé un accord avec Joe Biden, parce que les ?tats-Unis sont le début de la solution de notre dépendance au gaz russe», rapporte le journaliste François Beaudonnet, présent sur le plateau du 19/20. Les Etats-Unis livreront, d’ici la fin de l’année 2022, 15 milliards de m3 de gaz naturel liquéfié, et 50 milliards de m3 par an à terme. «?a peut paraître beaucoup, mais ça ne fait qu’un tiers de ce que l’Europe achète aujourd’hui à la Russie», complète-t-il. L’Union pourrait également se fournir auprès du Qatar, de l’Algérie, ou de la Norvège. Les Vingt-Sept et la Commission «vont, de façon urgente, travailler ensemble à des achats volontaires de gaz, de gaz naturel liquéfié (GNL) et d’hydrogène», en tirant profit du poids économique de l’UE pour bénéficier de prix avantageux, selon les conclusions du sommet de Bruxelles.«L’achat groupé, la capacité à définir ensemble des contrats longs, est le meilleur instrument pour faire baisser les prix», a fait valoir Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse. «La Commission peut agréger jusqu’à 75% des achats de gaz», soit en renégociant les contrats existants, soit en concluant de nouveaux, a précisé le président français, dont le pays occupe la présidence semestrielle de l’UE. La plateforme d’achats en commun de l’UE « sera également ouverte aux pays des Balkans occidentaux», ainsi qu’aux trois ?tats liés à l’UE par des accords d’association (Moldavie, Ukraine, Géorgie), précisent les conclusions du sommet. Le but n’est autre que de faire baisser le prix du gaz et certainement le pétrole en seconde phase. Mais, l’UE voudrait à tout prix «isoler» la Russie et la pousser vers une crise économique. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a appelé samedi le Qatar, un des principaux exportateurs de gaz naturel liquéfié au monde, à augmenter sa production pour contrer les menaces russes d’utiliser l’énergie «pour faire du chantage». «Je vous demande d’augmenter la production d’énergie pour que tout le monde en Russie comprenne que personne ne peut utiliser l’énergie comme une arme pour faire du chantage au monde entier», a déclaré Zelensky dans un message vidéo diffusé lors du Forum de Doha, organisé au Qatar, dont les propos ont été traduits en anglais. C’est aussi une réponse à Poutine qui a sommé les «pays hostiles» qui n’auront qu’une semaine pour prendre leurs dispositions afin de payer le gaz russe en roubles, avait réagi Vladimir Poutine mercredi soir au gel des actifs de la Russie en Occident. Mais est-ce que l’Europe peut se passer du gaz russe et à quel prix? Les spécialistes estiment qu’il faudra au moins trois ans pour ne pas dépendre du gaz russe. Maria-Eugenia Sanin, économiste spécialiste des questions énergétiques, assure qu’à court terme, l’importation de GNL et les autres mesures de substitution sont déjà «compliquées» à mettre en place, notamment « parce qu’on travaille pour tenir l’hiver prochain, ce qui pose des questions de stockage.» Mais la principale problématique reste la question du prix, pour la maîtresse de conférences à l’Université Paris Saclay: «Le gaz naturel liquéfié (GNL) coûte plus cher, d’autant plus que cela va nécessiter des nouvelles infrastructures pour l’importer des Etats-Unis ».

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Covid qui intrigue toujours !

Selon une étude sur la ...

La chute du blé, une aubaine pour l’Algérie!

Suite à une baisse des ...

L’Algérie à l’heure de la transition énergétique

L’Algérie possède un potentiel considérable ...

Gaza face à l’insécurité alimentaire!

L’ONU et plusieurs ONG ont ...

Violence dans les stades, l’affaire de tous !

La fin de saison de ...