Accueil » CHRONIQUE » Le gaz face au froid!

Le gaz face au froid!

Les cours du gaz à la bourse néerlandaise ont chuté en-dessous de 130 euros le mégawatheure dans la matinée du mardi, avant de remonter. A Amsterdam, les prix se sont situés à 128 euros le MWh, en baisse de 8% par rapport à la clôture de vendredi, pour rejoindre les niveaux de fin novembre. Les raisons de la baisse sont les niveaux élevés des stocks européens mais également les attentes liées à un hiver plus doux. Les contrats de gaz naturel pour livraison en janvier s’établissent à 132 euros le MW, lundi. L’agence américaine Bloomberg soutient qu’il ne devrait pas y avoir de pénurie de gaz cet hiver en Europe, cependant, les risques des coupures de courant persistent, rapporte «ilboursa». En effet, l’agence soulève un problème plus important au niveau du réseau électrique. L’Association européenne des gestionnaires de réseau de transport d’électricité «ENTSO-E», réunissant 42 gestionnaires européens d’électricité, alerte sur «une situation critique pour cet hiver «mais rassure en soutenant qu’elle reste «gérable», relaie le média. La banque d’investissement, Goldman Sachs, table sur du gaz naturel à moins de 100 euros le MWh d’ici la fin du premier trimestre 2023. Elle fonde sa prévision sur les stocks de méthane accumulés dans les pays membres de l’Union européenne, selon la même source. Cependant, l’Agence internationale de l’énergie encourage l’UE à poursuivre ses efforts pour réduire sa dépendance au gaz russe. L’agence estime que l’Europe pourrait manquer de gaz à l’hiver 2023-2024 en cas de rupture complète d’approvisionnement en gaz russe, mais aussi si les importations chinoises de gaz naturel liquéfié remontent aux niveaux de 2021. L’UE a fait mieux et bien réduit sa dépendance au gaz russe… mais elle doit faire mieux, avertit Fatih Birol, le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie à «France 24». «Normalement, nous devrions passer cet hiver grâce à toutes les mesures prises en Europe, parce que nos stocks de gaz sont très élevés », a-t-il expliqué, avant d’évoquer des circonstances qui pourraient ne pas se reproduire l’année prochaine, comme les températures exceptionnellement douces de cet automne. En cas d’arrêt total des livraisons de gaz russe, l’Union européenne va devoir poursuivre ses efforts pour réduire encore ses besoins afin d’éviter de manquer de gaz à l’hiver 2023/24, prévient lundi l’AIE dans un rapport. L’écart entre l’offre et la demande «pourrait atteindre 27 milliards de mètres cubes en 2023 dans un scénario où les livraisons de gaz de la Russie tombent à zéro et les importations de GNL de la Chine rebondissent aux niveaux de 2021», selon ce rapport. Ce qui est certain, la crise énergétique se fait ressentir.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prix compétitif du blé en 2024

Selon Maxime Raturat, analyste chez ...

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...

FAO, tout s’envole !

Les prix des produits alimentaires ...

Le baril atteindra les 100 dollars!

Mercredi, le prix du baril ...