Accueil » CHRONIQUE » Le gaz a bien chuté !

Le gaz a bien chuté !

Le prix du gaz est revenu à des niveaux plus bas qu’il y a deux ans, avant la guerre en Ukraine. Actuellement, le cours du gaz naturel sur le marché de Rotterdam est inférieur à 25 euros/MWh, bien en dessous des 43,8 euros enregistrés il y a deux ans. Cette baisse est attribuée à la fin de la crise énergétique causée par l’invasion russe de l’Ukraine. Selon les experts, il n’y a pas de raison de s’attendre à une nouvelle hausse des prix maintenant que l’hiver est terminé. La consommation de gaz en Europe a atteint son niveau le plus bas en dix ans en 2023, selon une étude de l’IEEFA. Cela s’explique par des mesures d’efficacité énergétique accrues et le développement des énergies renouvelables. La demande a chuté de 20% depuis le début de la crise en Ukraine, poussant l’Europe à se tourner vers le gaz naturel liquéfié (GNL). Les importations de GNL vers l’Europe ont dépassé 170 milliards d’euros en 2022 et 2023, avec une forte présence des États-Unis, suivis par la Russie et le Qatar. En volume, les ventes de GNL sont «restées stables d’une année sur l’autre» entre 2022 et 2023, souligne l’IEEFA. En provenance de Russie, les livraisons de GNL à l’Europe ont augmenté de 11% entre 2021 et 2023. Elles ont doublé vers l’Espagne, triplé vers la Belgique. La France, en dépit d’un recul de 35% de ses importations de GNL russe sur l’année écoulée, est restée le deuxième importateur de GNL russe sur le Vieux continent. Deux ans après le début de l’offensive russe en Ukraine, le système énergétique européen est plus diversifié et résilient, selon Ana-Maria Jaller-Makarewicz, analyste pour l’IEEFA. Les efforts d’adaptation des pays européens ont permis de réduire la demande de gaz. En conséquence, la demande globale de GNL pourrait atteindre un pic dès 2025, malgré une augmentation continue des capacités de stockage de GNL en Europe. Le taux d’utilisation des terminaux d’importation de GNL de l’UE était en moyenne de 58,52% en 2023, contre 62,94% en 2022, indique l’IEEFA. En 2023, la production mondiale de gaz a atteint 4,051 milliards de mètres cubes, selon le rapport du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF). Les membres du Forum ont contribué à plus de 40 % de cette production, tandis que les pays non membres ont représenté environ 60 %. La production des pays membres du GECF s’est élevée à 1,657 milliard de mètres cubes, tandis que celle des pays non membres a atteint 2,394 milliards de mètres cubes. Le même rapport indique que l’Europe a importé 13,3 milliards de mètres cubes de gaz naturel par gazoduc en janvier dernier, soit une augmentation de 7% sur une base annuelle. Par ailleurs, la baisse des prix du gaz naturel aux États-Unis a conduit à une surabondance d’offres, mettant les producteurs dans une situation difficile, relaye Reuters. Malgré les investissements importants de sociétés comme BKV Corp dans l’acquisition de puits de gaz et de centrales électriques, la chute des prix a entraîné des difficultés financières et a bloqué des projets, y compris ceux liés au captage et au stockage du carbone. Alger accueille le 7ème sommet du Forum des pays exportateurs de gaz, mettant en avant l’importance mondiale du gaz naturel où le prix du gaz sera au centre des débats.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...