Accueil » CHRONIQUE » Le FFS ouvre la voie…

Le FFS ouvre la voie…

Le FFS participera aux prochaines élections municipales prévues le 27 novembre 2021, a annoncé, ce vendredi 10 septembre, le parti dans un communiqué publié sur sa page Facebook. «Le Conseil national du FFS décide à l’unanimité la participation du parti aux prochaines élections locales anticipées convoquées pour le 27 novembre prochain», a précisé le parti. A l’ouverture de cette session, le Premier secrétaire national du parti, Aouchiche, avait indiqué que le FFS «devra aborder la question des élections locales anticipées, prévues le 27 novembre prochain, avec lucidité, responsabilité et sens inouï de patriotisme». Il a ajouté qu’à travers toutes ses participations aux élections locales, le FFS «aspirait à faire de ses mandats électoraux, ses politiques et programmes de gestion, des modèles de bonne gouvernance, de compétence, de crédibilité et de probité morale et intellectuelle». La direction du FFS espère que « cette réunion déclinera, à son terme, des recommandations et des décisions historiques et patriotiques qui raviveront les espoirs meurtris du peuple algérien». Une décision était attendue, puisque les populations de la Kabylie ne veulent pas que FLN ou RND ou le MSP prennent le pouvoir local de peur que la crise politique dans la région s’enlise. Cette décision était attendue, puisque le parti a indiqué ce matin que ces élections étaient « une opportunité pour prendre le pouvoir local ». Si le FFS avait voulu « boycotter » les élections, il l’aurait annoncé depuis au moins un mois. Le PT est aussi favorable à la participation aux locales. Deux tendances, «à 50/50», se sont dégagées. «Ceux qui sont contre la participation estiment que nous connaissons ce système, que les élections n’ont jamais apporté la solution et avancent aussi le covid, les prisonniers d’opinion… Les autres avancent qu’il ne faut pas laisser les APC et les APW à ceux qui ne cherchent que leurs intérêts. L’APC et l’APW c’est la vie quotidienne des citoyens. « Ça n’a rien à voir avec les législatives ou les présidentielles », explique le cadre du PT. Tazibt indique : «Nous sommes arrivés à une situation où un argument ne peut pas prévaloir sur un autre». «Il y a des militants qui souhaitent participer aux élections pour aider la population à régler ses problèmes, pour arracher des projets et accompagner le peuple dans son combat et le parti ne voit pas d’inconvénient à cela», ajoute-t-il. Pour le PT, «les élections ce n’est pas une question de principe, mais c’est une question tactique». «Si nous participons, cela ne signifie pas que nous avons changé de position. Nous resterons toujours un parti indépendant, avec la même position vis-à-vis du système», assure-t-il. La position du PT pourrait néanmoins évoluer en fonction de l’évolution de la situation politique. «On ne sait pas ce qui peut se passer pendant ce mois de septembre», indique Ramdane Tazibt. Le MDS semble rejeter les locales tant que leur premier responsable est en prison. Le RCD pourrait suivre la piste du FFS au moins au niveau de leur fief.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...