Accueil » ACTUALITE » Le Directeur Général de l’Institut Pasteur, Fawzi Derrar, est formel. La 4ème vague est bien là !

Le Directeur Général de l’Institut Pasteur, Fawzi Derrar, est formel. La 4ème vague est bien là !

La 4ème vague du Covid-19 est-elle bel et bien là? L’Algérie qui a fait face à une crise sanitaire aiguë durant une année et demie, en raison de l’expansion des cas de contamination qui ont, rappelons-le, atteint les 1.000 cas par jour, pourrait être sous le spectre d’un nouveau rebondissement des infections virales dues à la 4ème vague, ce qui ne met pas en dérision les appréhensions, somme toute, légitimes des spécialistes de la santé publique et les prévisions des experts du secteur dont le Pr Mehiaoui, du comité scientifique, chargé du suivi de la pandémie et selon lesquelles «l’Algérie n’était pas à l’abri de la 4ème vague du Covid». Depuis quelques jours, la tendance du nombre des contaminations est en train de prendre une évolution après avoir été immobilisée pendant plusieurs mois. Alors que la pandémie s’est nettement stabilisée ces dernières semaines, le pays connaît, depuis des jours, un petit rebond épidémique, tant en ce qui concerne le nombre de cas que de décès. Aujourd’hui, force est de constater que l’alerte donnée par les spécialistes sanitaires, à propos de la présence en Algérie de cette 4ème vague, n’a pas eu l’effet d’une mouche dans les oreilles des citoyens chez qui on constate un relâchement flagrant en matière de respect des gestes barrières. Pour des raisons évidentes, liées à la protection de la santé contre la menace de flambée de la pandémie, l’Etat a vite pris les choses en mains puisqu’il a ordonné le lancement des vaccinations par les injections de la 3ème dose du vaccin anti-Covid, outre le renforcement de la vaccination dans les polycliniques et les officines pharmaceutiques. Maintenant voilà que le Directeur Général de l’Institut Pasteur d’Algérie, Fawzi Derrar, confirme les prévisions des experts de la santé. Il a clairement indiqué, dimanche, que la quatrième vague de la Covid-19 a commencé en Algérie. Voilà ce qui va mettre les citoyens devant l’obligation d’augmenter le niveau de l’alerte à domicile au travail et à la rue pour se prémunir contre le risque d’une aggravation de leur état de santé, suite à une contamination rapide et féroce du virus de la 4ème vague qui peut survenir à tout moment et n’importe où. «Nous faisons face à la quatrième vague comme c’était attendu», a déclaré Fawzi Derrar, ce dimanche, sur le plateau d’Echourouk TV. «Même si les contaminations évoluent en dents de scie, la tendance haussière s’est confirmée, comparativement aux chiffres recensés il y a un mois», a indiqué Fawzi Derrar, ajoutant que les cas d’infection quotidiens sont repartis à la hausse à la fin octobre. «Fin octobre, les cas ont commencé à prendre une tendance haussière à l’image des vagues précédentes, ce qui indique que nous entrons dans la quatrième vague », a-t-il déclaré. Le Directeur de l’Institut Pasteur s’attend à ce que les contaminations évoluent davantage dans les semaines à venir. Durant l’automne, les gens ont tendance à se regrouper devant la télé, dans de espaces, en famille ou dans les cafés et restaurants pour éviter le contact du froid. Ce paramètre est expliqué par les experts comme l’un des signes béants du relâchement. Pourtant, ce ne serait plus facile, peut-être, de prendre une tasse de thé ou de café ensemble dans un même espace, ce qui renvoie de facto à la possibilité de revenir aux confinements, encore que cette piste reste, pour l’heure, peu envisagée tant qu’une nouvelle évaluation sanitaire n’est pas faite par le comité scientifique, seul habilité à se prononcer sur les mesures adéquates et idoines à adopter en pareille conjoncture. « L’hiver pousse les gens à se regrouper dans les espaces fermés », a justifié Fawzi Derrar. Le responsable a également pointé le taux faible de vaccination. Ils font savoir que «cinq millions de citoyens seulement ont reçu les deux doses». Si cette réticence reste observée chez les citoyens, «nous irons vers une cinquième vague», a mis en garde  Fawzi Derrar. Après une troisième vague meurtrière, observée en juillet dernier, la situation sanitaire s’est stabilisée en Algérie ces dernières semaines, encourageant les autorités à alléger les mesures restrictives. Les spécialistes avaient, toutefois, mis en garde contre la quatrième vague, appelant à favoriser la vaccination. D’ailleurs, il précise que l’avènement de cette nouvelle vague épidémique était prévisible.
Dans le même sillage, l’intervenant explique que le nombre les contaminations est en augmentation depuis un mois. Elle est essentiellement due, ajoute encore le Dr Fawzi Derrar, à l’arrivée de le saison hivernale où les gens ont tendance à se réunir dans les espaces clos, ce qui augmente les facteurs de propagation du virus, parallèlement avec le faible taux de vaccination.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Plusieurs cas de contamination et des décès parmi le personnel médical. Face au Covid19, le courage

La grande bataille du corps ...

Logements communaux d’Oran. Les souscripteurs demandent leur réinsertion dans la formule sociale

Un quota de logements avait ...

Lait subventionné. Pas d’augmentation de prix en vue

Ça bouille ! après la ...

Les polycliniques au four et au moulin pour les consultations quotidiennes du Covid. Les infirmiers de la vaccination mettent en garde

Le nombre des consultations médicales ...

Le pic des infections atteint au plus tard dans 10 jours. Djenouhat tire la sonnette d’alarme

Sursaut inquiétant. Comme prévu par ...