Accueil » ACTUALITE » Le directeur de l’Institut Pasteur apporte plus d’explication. Attention, la grippe sera rude cet hiver

Le directeur de l’Institut Pasteur apporte plus d’explication. Attention, la grippe sera rude cet hiver

Les signes d’une prochaine recrudescence de la grippe saisonnière en Algérie sont annoncés par les spécialistes de la santé. S’achemine-t-on vers un scénario à la Covid? L’heure est-elle à la «revaccination»? Tout porte à le croire en effet si l’on se réfère à la sonnette d’alarme tirée dernièrement par les experts de la santé publique. L’atroce vérité est que la grippe saisonnière sera rude et agressive dès l’année prochaine du moins durant cet hiver. Après avoir enregistré un recul temporaire de la propagation des maladies transmissibles par l’homme parmi les citoyens et la hausse de la vigilance à l’égard de la Covid -19, un retour à l’observation des gestes barrières et du port de la bavette est perceptible ces dernières semaines à la faveur de la réapparition d’une souche de grippe sous une autre composition qui peut être agressive et nécessitant un traitement d’ailleurs similaire à celui de la Covid. En effet, depuis plusieurs jours déjà, des premières contaminations par cette grippe ont fait le tour de certaines wilayas et dont l’effet s’est propagé telle une traînée de poudre leur rappelant la sinistre période du Covid 2019 – 2021. Dans ce registre, le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, Fawzi Derrar, est monté au créneau pour rappeler aux citoyens la nécessité d’un retour au respect du protocole sanitaire en vigueur lors de la covid. Dans des anticipations préventives sur le mode de transmission qu’aura à observer la grippe saisonnière dès cet hiver, le Docteur développe ses arguments et étaye les raisons à l’origine de la rudesse de la grippe saisonnière cette année. «La grippe saisonnière promet d’être agressive cette année en Algérie» préconise-t-il. Le directeur de l’Institut Pasteur se veut pragmatique. Alors que la saison hivernale va bientôt commencer, on constate un nombre important d’infections, notamment chez les jeunes. Le spécialiste dira à ce sujet que c’est notamment à cause de la levée des restrictions sanitaires liées au Covid-19. Les Algériens sont, ce faisant, mis devant leurs responsabilités. Ils devront se faire vacciner pour éviter le pire. Les malades chroniques surtout devront crier gare. Désormais en contact avec tous les pays du monde.
Et les nombreux rapports mondiaux indiquent que la grippe de cette année est la plus agressive constatée depuis 5 ans. Cet état de fait a été constaté partout dans le monde. Raison pour laquelle les Algériens doivent prendre le maximum de précautions, pour éviter les pics de la fin du mois de décembre et du début janvier, rapporte El Khabar. Derrar a expliqué que la pandémie de coronavirus a contribué, par l’effet de nombreux facteurs, à réduire l’immunité collective contre la grippe saisonnière. Et le retour à la normale après la pandémie, le retrait des masques notamment, ont facilité la propagation de la grippe saisonnière. Le spécialiste a également indiqué que la composition du vaccin contre la grippe diffère d’une année à l’autre. En effet, cette composition est le résultat des anticipations des virologues sur la souche susceptible de dominer chaque année. Concernant les franges de la population les plus vulnérables à ce virus, le spécialiste a cité en premier lieu les personnes âgées (plus de 65 ans). Les très jeunes enfants sont aussi susceptibles de développer des complications. Et il en est de même pour les femmes enceintes. Par ailleurs, les personnes souffrant de maladies chroniques sont aussi très exposées aux complications. On compte ainsi les personnes souffrant d’asthme et autres maladies pulmonaires. Les diabétiques, les personnes souffrant d’insuffisance rénale, d’obésité et de problèmes cardiaques voient leur immunité fortement réduite. C’est dans ce contexte que le spécialiste recommande à ce groupe de se faire vacciner. Tout comme il est important de vacciner le personnel de santé. Le vaccin permet d’éviter 80% de décès dus aux complications. Le taux de vaccination actuel en Algérie est de 35%. On est donc loin du taux de 75% recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé. Des experts en épidémiologie et en médecine préventive ont appelé à l’impératif de se faire vacciner contre la grippe saisonnière afin d’éviter la contamination par ce virus et ses complications, mettant en garde contre sa propagation dans les prochains mois, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans une déclaration à l’APS, le chef de service d’épidémiologie et de médecine préventive à l’hôpital de Tipasa, Pr Abderrezzak Bouamra a affirmé que les services des urgences médicales avaient reçu ces derniers jours des cas sévères de grippe saisonnière, dont les patients n’étaient majoritairement pas vaccinés. Le spécialiste a qualifié la grippe saisonnière de maladie très contagieuse qui se propage rapidement notamment durant la saison froide. Il a également cité les données de l’OMS, soulignant qu’environ un milliard de cas de grippe est enregistré chaque année faisant 650.000 décès dont principalement des malades chroniques, des personnes âgées et des femmes enceintes.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

14 stations de dessalement opérationnelles et plusieurs projets en cours de construction. 3,7 millions m3/jour de production d’ici fin 2024

Quel avenir pour les ménages ...

Crédits alloués par l’Etat aux PCD et PSD dans la wilaya d’Oran. Une augmentation de 15,34 milliards de DA contre 12,30 milliards de DA en 2023

Les crédits de paiement alloués ...

Des mégaprojets et des investissements attendent leur finalisation d’ici 2027. L’Algérie bientôt sur le podium des puissances économiques

L’Algérie se métamorphose depuis 2019 ...

Campagne nationale de Pêche du thon rouge. Oran participe avec plus de 116 tonnes et 02 navires thoniers

Pas moins de 116, 4723 ...

Le paysage préélectoral s’installe progressivement. Course à la présidentielle

La décision du Président de ...