Accueil » RÉGIONS » Le développement local à la loupe. Le wali de Saïda brandit la menace

Le développement local à la loupe. Le wali de Saïda brandit la menace

Ce message est clair et net et sonne comme un rappel à l’ordre de la troupe, tant le wali Boudouh semble prêt à sévir lourdement pour réinstaurer la dynamique et rééquilibrer les rendements des secteurs de développement local. Rompu dans l’art de déceler les bilans et les rapports d’activité revus et corrigés avant d’être soumis à la hâte à son appréciation, le wali Doudouh n’a pas caché son indignation et son étonnement face à l’état déplorable dans lesquels se retrouvent certains secteurs de développement névralgique comme l’hydraulique ou l’agence foncière par exemple. Régression et échec tels ont été les mots qui revenaient sans cesse dans la bouche du chef de l’exécutif Doudouh qui n’a pas pris de gants durant toute la rencontre pour remettre dans les rangs certains responsables censés le représenter chacun dans son secteur d’activité. Le moins que l’on puisse dire est que cette séance de travail a duré toute la journée. En effet, le Conseil de l’exécutif qui s’est tenu ce mardi dernier, dans une atmosphère torride à plus d’un titre, a donné des sueurs froides à plus d’un parmi les directeurs de l’exécutif et maires mis à mal par des reproches et autres remarques. Tous les citoyens saidis reconnaissent au wali ses sorties et ses fougues lorsqu’il s’agit du développement et de l’essor de la wilaya et surtout le mérite de ne pouvoir dormir tout le temps que d’un seul oeil pour sortir cette vieille wilaya de son éternelle léthargie afin de la hisser à son statut réel et à sa fonction de wilaya. En somme, mardi dernier, les programmes de développement alloués à la wilaya, commune par commune, ont été au centre d’une réunion du conseil exécutif sous la présidence du chef de l’exécutif et en présence du P/APW, du secrétaire général de la wilaya et d’un député. Chiffres à l’appui, la réunion a été consacrée à l’étude de la situation physique et financière des différents programmes. Sans mâcher ses mots, le wali s’est déclaré outré voire abusé par la confiance placée en certains responsables d’entre eux qui ont carrément livré leurs secteurs respectifs à l’abandon. « Il n’est plus permis de faire entorse aux lois de la République que chacun est tenu de prendre ses responsabilités et je n’ai peur de personne », dira-t-il. L’homme de la rue qui a lui aussi son mot à dire, a noté avec regret le même constat. « Désormais, la récréation a pris fin ; un appel pressant est lancé pour que chacun assume et prenne ses responsabilités », dira le wali Doudouh qui en moins de O mois, depuis son installation à la tête de la wilaya, connaît Saida qui ne cesse de s’enfoncer dans le chaos et la folie généralisée. Tous les projets précis ou à préciser ont été passés au peigne fin. Il faut dire que Saida, wilaya isolée de l’Algérie officielle, accuse un retard considérable dans tous les secteurs d’activité dont les facteurs sont multiples et complexes allant de l’hydraulique et l’éducation aux voies routières… Le chef de l’exécutif de la wilaya a mis tout son poids pour que les projets structurants et chantiers s’achèvent dans les plus brefs délais afin de ne pas subir d’éventuelles réévaluations de crédit. Le wali va donc imposer la force de la loi et la présence de l’Etat. Persuasif et pragmatique, il étala un large balayage d’une séquence récapitulative de ce qui a été réalisé, ce que ne l’a pas été encore et ce qui le sera. Afin de concrétiser les différents programmes, M. Doudouh s’est adressé aux responsables et aux maires qui semblaient tétanisés par les dures réalités du terrain en leur demandant de formuler des propositions. En somme, il a su résumer l’état actuel en se projetant dans l’avenir avec l’idée de redonner un second souffle à la wilaya qu’il gère depuis le 16 septembre 2022 et en remettant sur rails son évolution, en fonction de plusieurs paramètres liés à son épanouissement et son essor et ainsi la faire sortir des ornières. La couleur est donc annoncée pour peu que les acteurs impliqués dans la gestion de la Cité suivent. Les connaissant, les doutes déploient leurs ailes.

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Saida. Suicide d’une jeune fille de 17 ans

A la fleur de l’âge, ...

Drogue. 16 individus impliqués à Saida

Les chiffres rendus publics par ...

Saida. Les jeunes entre drogue et violence

On est loin de la ...

A quelques jours de l’Aïd El Adha. Le prix du mouton toujours en hausse à Saïda

Le sujet de réflexion qui ...

Le 8 mai 1945 célébré à Ouled Brahim. Gloire aux 47 héros de Saïda

Alors que les évènements douloureux ...