Accueil » CHRONIQUE » Le ciel sera encore fermé!

Le ciel sera encore fermé!

Les frontières tant aériennes que maritimes resteront fermées. Selon plusieurs experts, il n’y aura pas de vols aériens tant que la crise pandémique n’est pas maîtrisée en Algérie. Il semble y avoir consensus même si de l’autre côté de la Méditerranée, nos immigrés voudraient que l’on y trouve une «solution» pour venir en Algérie et que des Algériens soient encore bloqués en Europe. Le professeur en épidémiologie et membre du Comité scientifique chargé de suivi de l’évolution du Coronavirus, Mohamed Belhocine, affirme qu’il est encore précipité pour évoquer l’hypothétique retour des vols internationaux. « Nous n’avons pas encore remporté cette guerre sanitaire», estime le professeur. Pour l’expert, la menace de la variante dite anglaise continue de se propager à grande vitesse dans plusieurs pays de l’UE. Notamment, en France où la communauté algérienne est la plus importante. Le Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie et chef de service du laboratoire central EPH Rouiba, estime que « l’Algérie a évité la troisième vague de l’épidémie, grâce à la décision de fermer complètement les vols et les frontières. Il écarte actuellement tout retour des vols, en se demandant comment cela peut se faire, alors que la France a enregistré à elle seule 46.000 cas en une journée. Il estime qu’on pourra ouvrir les frontières après la fin de cette vague dans le monde et on va continuer à se stabiliser avec moins d’une centaine de cas par jour. Dr. Abdelkrim Touahria, membre du Comité scientifique, a écarté catégoriquement l’hypothèse d’une ouverture prochaine des frontières. Le docteur Mohamed Melhag, chercheur en virologie, estime que le pays n’a pas autorisé la reprise des vols internationaux, dans le but d’éviter un scénario semblable à celui marocain. Entre-temps, des Algériens bloqués en Europe attendent une solution pour leur rapatriement. La fermeture des frontières constitue pour de nombreux Algériens une fracture au sein de la société. Les experts devront se pencher pour trouver une solution moins « douloureuse ».

 

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le virus inquiète toujours!

le virus du Covid est ...

Le pétrole dans le champ de bataille!

Les attaques de drones en ...

La colère des syndicats!

L’avant-projet de loi sur l’exercice ...

Le tri sélectif, c’est de l’argent à gagner!

Que faire de nos déchets? ...

Le blé, l’autre «char»!

Malgré la chute des prix ...