Accueil » ACTUALITE » Le chef de file du MAK «doit être livré» à l’Algérie. Tebboune veut Mehenni

Le chef de file du MAK «doit être livré» à l’Algérie. Tebboune veut Mehenni

Soutenus par des dépités et plusieurs lobbies français, Ferhat Mehenni va-t-il être extradé vers l’Algérie pour être jugé pour extrémisme, connivence avec Israèl et liens avec les responsables à l’origine des incendies de forêt criminels en la Kabylie et de l’affaire de l’assassinat de Djamel Smail ? Entre Alger et Paris, le torchon brûle depuis plusieurs semaines à cause des divergences de point de vue et de décalage dans la perception des développements sur la scène régionale. Les derniers rebondissements en date, sont les déclarations hostiles du locataire de l’Elysée envers le président Tebboune et les institutions de l’Etat, suivies par le « tour de vis » décidé unilatéralement et sans concertation au préalable du côté algérien par la France de Macron, sur la question des visas pour les algériens, sans prendre en considération les accords d’Evian ni l’accord de l’immigration du 27 décembre 1968 signé entre le gouvernement de la république française et le gouvernement de la république algérienne populaire démocratique, lequel accord stipulant la circulation, l’emploi et le séjour des ressortissants algériens et leur familles se rendant en France, sauf que l’attitude de la France coloniale a cette fois franchi le tollé et déplu de plus belle aux hautes autorités nationales. L’Algérie qui veut rapatrier Ferhat Mehenni, le chef de file du mouvement séparatiste kabyle pour le traduire à la barre en veut à la France, où ce dernier s’est exilé depuis un certain temps déjà. C’est à partir de ce pays d’Europe que le chef de l’organisation terroriste, le MAK, est soupçonné de mener ses « exactions » et ses outrances sur l’Algérie allant jusqu’à appeler à l’indépendance de la Kabylie et arranger une rencontre avec l’entité sioniste, ce même pays où il avait été reçu, d’ailleurs. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé dimanche soir, que le chef de file du mouvement séparatiste et terroriste « MAK », Ferhat Meheni, « doit être livré  » à l’Algérie, soulignant détenir des preuves qu’il est terroriste. « Nous continuons à demander à ce que le chef de file, le terroriste du MAK nous soit livré. C’est un terroriste, il le dit et nous avons des preuves quant à la collecte de fonds (menée par le MAK) pour l’achat d’armes », a affirmé le Président Tebboune lors de la rencontre périodique avec les représentants des médias nationaux. Il a souligné que le chef de file du MAK bénéficie de « la bénédiction du pays où il a trouvé des échos médiatiques et autres ». A une question relative à la coopération de la France en ce qui concerne le mandat d’arrêt de Ferhat Meheni, le Président Tebboune a affirmé avoir exigé de ce pays qu' »il l’applique », relevant que « pour le moment, il n’y a rien et c’est un silence qui signifie refus ». Au sujet de l’implication du Maroc dans les feux de forêts ayant ravagé l’été dernier plusieurs wilayas du pays, notamment celle de Tizi-Ouzou, le président de la République a précisé « qu’il est prouvé par l’image et le son que ce pays est partie intégrante de ce qu’a fait le MAK. Ce sont des faits et pas des accusations (sans fondement) », relevant qu’il s’agit « d’une atteinte à l’unité nationale ». « Aujourd’hui, le chahid Amirouche doit se retourner dans sa tombe, de même que Fatma Nsoumer, colonel Sadek et Mohammedi Said », a regretté le Président, rappelant que la wilaya de Tizi-Ouzou compte « 52.000 chahid, fils et veuves de chahid ». Concernant les faits nouveaux en relation avec l’enquête judiciaire sur les derniers feux de forêt, M. Tebboune a fait savoir qu’il y a « des faits que l’on ne peut pas dévoiler afin d’éviter toute influence sur la décision de la justice ». S’exprimant sur les personnes à extrader, le président de la République a indiqué que « l’Algérie est en train d’épuiser toutes les formes juridiques et judiciaires dans ce sens », ajoutant que « l’Algérie respecte les décisions des autres pays ainsi que la légalité internationale ». Toutefois, il a appelé à ce que cette légalité soit « respectée par les autres (pays) », refusant qu’elle soit « à géométrie variable ». Pour rappel, le MAK et le Mouvement Rachad ont été classés par l’Algérie comme étant des organisations terroristes.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

14 stations de dessalement opérationnelles et plusieurs projets en cours de construction. 3,7 millions m3/jour de production d’ici fin 2024

Quel avenir pour les ménages ...

Crédits alloués par l’Etat aux PCD et PSD dans la wilaya d’Oran. Une augmentation de 15,34 milliards de DA contre 12,30 milliards de DA en 2023

Les crédits de paiement alloués ...

Des mégaprojets et des investissements attendent leur finalisation d’ici 2027. L’Algérie bientôt sur le podium des puissances économiques

L’Algérie se métamorphose depuis 2019 ...

Campagne nationale de Pêche du thon rouge. Oran participe avec plus de 116 tonnes et 02 navires thoniers

Pas moins de 116, 4723 ...

Le paysage préélectoral s’installe progressivement. Course à la présidentielle

La décision du Président de ...