Accueil » RÉGIONS » Le Carrefour de Mostaganem

Le Carrefour de Mostaganem

Investissement. Le wali persévère dans la régularisation des projets

Par Charef Kassous

Le wali de Mostaganem, M. Ahmed Boudouh, soucieux de promouvoir le climat des affaires dans la wilaya, met sur pied des mécanismes prometteurs à cet effet. Il demeure évident que l’un des mécanismes incitatifs du domaine c’est cette commission de suivi des projets d’investissement. Une commission dont les objectifs sont de remédier au blocage des avancées économiques par l’appui des projets d’investissement qui d’ailleurs est aussi une application des orientations du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à l’effet de trouver des solutions rapides des dossiers en souffrance. Le dégel reste, pour le chef de l’exécutif, un indicateur pour la relance de l’économie. Selon le communiqué de la Cellule de Communication, le wali a réuni, à l’effet du suivi des dossiers, les membres de ladite commission de wilaya jeudi 28 mars 2024 pour persévérer dans cette politique de soutien à l’investissement industriel, agricole et touristique. Lors de cette rencontre, dix nouveaux dossiers ont été soumis pour leur étude et régularisation. La régularisation pourrait être ou l’octroi d’autorisation exceptionnelle d’exploitation ou même définitive. C’est ainsi et après analyse des demandes, six dossiers ont été ajournés pour motifs de réserves non levées à ce jour. Les autres dossiers ont fait l’objet d’avis favorable de la commission pour l’obtention des autorisations leur permettant d’entamer les projets en cours. Le communiqué fait état de deux mises en demeures à l’encontre de deux projets qui risquent d’être annulés à défaut de levée des réserves. Il sied de souligner que la préoccupation majeure du chef de l’exécutif c’est de dynamiser avec constance l’investissement sur le territoire de la wilaya de Mostaganem. Pour ce faire, il insiste sciemment par des instructions aux membres de la commission sur la nécessité d’accompagner les investisseurs par l’information, l’orientation et la sensibilisation des investisseurs. Pour cet objectif, il recommande de mettre à leur disposition le guide des investissements contenant l’arsenal des textes de la nouvelle loi sur les investissements. On comprend, par ailleurs, que cette attention et cet aiguillage du wali à l’assistance permanente des porteurs de projets, s’inscrit dans le cadre d’une mission de relance économique visant à créer des richesses, à booster l’employabilité et à garantir un niveau de vie respectable. Faut-il aussi signaler au passage qu’à Mostaganem beaucoup d’argent a été injecté dans les aménagements des zones industrielles et les zones d’activités en guise de contribution de l’Etat à l’effort économique. Enfin, l’installation d’une telle commission a donné ses fruits par le dégel d’un bon nombre de projets ayant servi à lutter contre le chômage.

                                                      ********************************

Aménagement de oued Aïn Sefra. Un projet prometteur à relancer

Par Y. Zahachi

En 2017, le projet d’aménagement de l’oued Ain Sefra, sur une longueur de 7,4 kilomètres, a suscité, en ce temps-là, l’espoir d’une transformation urbaine majeure. A ses débuts, doté d’une enveloppe budgétaire conséquente de 1,6 milliard DA, il promettait un renouveau pour le cœur de la ville. Curage, embellissement des berges, infrastructures de loisirs et sportives, réseau d’assainissement performant, et ouvrages d’art reliant le centre-ville à Tigditt : les ambitions étaient à la hauteur des attentes des citoyens. Cependant, depuis 2017, le projet semble s’être enlisé dans un silence assourdissant. En 2024, force est de constater que la majeure partie des travaux n’a pas abouti, laissant place à une incertitude grandissante. Les interruptions successives et l’absence de communication officielle ont fini par alimenter les interrogations légitimes de la population qui ne comprend pas le silence inquiétant qui entoure ce projet ambitieux.  Pour les fervents partisans de la mise à niveau de leur ville, cela représente un enjeu crucial pour le développement urbain. Ils considèrent que le projet d’aménagement de l’oued Ain Sefra ne se résume pas à une simple question d’esthétique. En effet, le projet vise à éliminer les nuisances et améliorer la qualité de vie des riverains en luttant contre la pollution et les odeurs nauséabondes. A travers lui, il est question de créer des espaces de loisirs et de détente pour tous les âges, favorisant ainsi la cohésion sociale et l’épanouissement des citoyens et pas que, puisqu’il permet de désenclaver le centre-ville et fluidifier la circulation en reliant les quartiers de manière plus efficiente. En plus, le projet en question cible aussi une part de promotion du tourisme urbain en offrant un cadre attractif et valorisant le patrimoine naturel de la ville. Pour toutes ces considérations, nombreux sont ceux qui estiment qu’un sursaut d’action est indispensable et, face à l’urgence de la situation, est-il impératif que les autorités locales prennent les mesures nécessaires pour redynamiser le projet et lever le voile sur son état d’avancement en faisant d’abord le point de la situation. Cela reviendrait à reprendre la communication pour apaiser les inquiétudes citoyennes et remobiliser les acteurs impliqués. En tout état de cause, la reprise de la réalisation du projet d’aménagement de l’oued Ain Sefra ne peut se faire sans une mobilisation collective et sans la société civile avec ses associations locales concernées. En conclusion, ce serait une bonne chose que de rompre le silence assourdissant qui entoure le projet d’aménagement de l’oued Ain Sefra devenu, avec le temps qui passe, source d’incompréhension. La volonté du pouvoir exécutif local d’agir concrètement existe bien réellement et il est capable de reprendre le dossier de ce projet ambitieux pour le transformer en une réalité tangible, au service du développement urbain de Mostaganem et du bien-être de ses citoyens.

                                                      ********************************

Salsabil. Une association, un projet et des perspectives

Par Charef Kassous

A Mostaganem, Salsabil est une association caritative qui a pris ses marques dans des actions de solidarité au profit des démunis et des accidentés de la vie. En effet, à travers des programmes parfaitement élaborés, Salsabil a d’abord formé, à travers toute la wilaya, une armée de jeunes dans l’associationnisme et la participation sociale. Des jeunes engagés dans tous les élans de solidarité entrepris par l’Association. Tous s’accordent à dire que cette ONG puise son énergie dans l’engagement, la foi et l’amour pour autrui. Aujourd’hui, elle s’engage dans sa 13ème édition de « Meidat Ramadhan » à raison de 350 repas/jour pris à table. Selon son président, Mohamed Belatrèche, approché par notre correspondant, cette édition clôture les 5420 repas depuis sa création. Salsabil est une œuvre caritative exemplaire car c’est un chantier qui, grâce à l’engagement de ses dirigeants, relève des défis prodigieux aux profit des démunis, des malades et des nécessiteux. Approché par notre correspondant, le président Mr Med Belatreche nous dresse un bilan qui pour lui est plutôt un challenge pour l’action sociale dans la wilaya de Mostaganem. Il assure que cette année « Salsabil » le programme relatif aux activités caritatives est diversifié. En dehors de l’action phare « Meidat Ramadhan », l’association offre les habits de l’Aïd El Fitr à 200 orphelins inscrits, issus de 50 familles à travers la wilaya pour un montant estimatif du lot de 30.000 da. Ces bénéficiaires reçoivent aussi le mouton de l’Aïd et les affaires scolaires à chaque rentrée. Cette 13ème édition va au-delà des dons car elle touche le côté santé et au vu d’un programme coordonnée avec la Clinique « Dar El Bassar » du Dr Chaoui Aline Bourgène, président de l’Association Nationale de la lutte contre la cécité, 2000 interventions ophtalmologiques à l’horizon 2031. Pour rappel, ajoutera le président, les malades sont 137 opérations de cataracte ont été accomplies depuis le début au bénéfice de personnes âgées des wilayas de Mostaganem et d’Adrar. Et de poursuivre : « Les structures de cette association se sont agrandies car en février 2023 il y a eu l’ouverture d’une école dite intelligente ». Cette école dispense un service de soutien scolaire et de remise à niveau au profit d’enfants orphelins et cet établissement propose des cours en ligne ou en salle de cours. Le président parlera aussi de la perspective de l’académie sur le projet caritatif qui formera des jeunes dans l’associationnisme, la gestion associative et le bénévolat en prévision de la relève du futur tout en sachant que « Salsabil » compte dans ses rangs plus d’une cinquantaine de jeunes engagés dans le travail de solidarité. Un chantier social qui grâce à l’engagement de ses dirigeants, relève bien des défis. Charef Kassous

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Iran. Décès du président Ebrahim Raïssi dans un accident d’hélicoptère

Le gouvernement iranien a annoncé ...

Le Carrefour de Mostaganem

Sans domicile fixe. Les raisons ...

Le Carrefour de Mostaganem

Tourisme. 14 nouvelles plages pour booster ...

Le chef de l’OMS prévient. Une offensive terrestre sur Rafah «pourrait conduire à un bain de sang»

Une offensive terrestre de l’armée ...

Le Carrefour de Mostaganem

«Mostaganem-Hassi Mefsoukh». Reprise du projet ...