Accueil » CHRONIQUE » Le Cancer fait rage! Que faire?

Le Cancer fait rage! Que faire?

Dans le hit-parade des maladies les plus graves qui se propagent d’une façon fulgurante, l’on peut classer le cancer comme étant des plus dangereuses maladies. Ce danger se situe, justement, dans sa nature de maladie incurable. Donc, ce sont des milliers qui nous quittent à jamais, des suites des complications de cette affection qui tue à petit feu. Les statistiques officielles évoquent le chiffre alarmant de 50 mille nouveaux cas par an. Un tel chiffre devrait, normalement, exiger des surplus d’efforts, de moyens matériels, de personnels qualifiés et d’infrastructures spécialisées. Grosso modo, des enveloppes pécuniaires faramineuses. L’Etat algérien serait-il au niveau, afin d’y faire face? D’autre part, le cancer est une maladie des temps modernes, par excellence… Toutes les études scientifiques menées à cet égard, ont démontré une liaison très étroite entre ce «croque-mitaine» et le mode de vie, notamment, le régime alimentaire. La modernité, depuis son avènement, n’a pas hésité à apporter dans son fourre-tout un ensemble d’habitudes, de mauvaises habitudes, pour être plus clair, qui touchent plus particulièrement, la bouffe qui devient de plus en plus industrialisée avec ses compléments alimentaires, ses additifs ou ses améliorants chimiques. Il ne faudrait pas, justement, parler de notre bouffe « moderne », sans évoquer notre mode de vie moderne qui nous a fait plonger dans un interminable stress quotidien. Nous passons notre journée à courir affolement parce que notre vie était devenue un champ de course où tout le monde se bouscule, afin de gagner un droit – parfois élémentaire – qui normalement, ne devrait pas mériter tout ce sacrifice. Les machines que nous sommes devenus, n’ont plus le temps de consacrer un bout de moment, en vue de méditer et se remettre en question ce qui se passe. Cependant, toute notre nature humaine, faisant partie intégrante de la nature globale existante, a été hypothéquée contre ce modernisme fou. Cette «dénaturation» ou cet éloignement de notre vraie nature avait ses conséquences graves : le cancer et une panoplie d’autres maladies organiques et je ne parle pas des maladies psychiques et le grand malaise social qui seraient une de ses conséquences indirectement, provoquées par ce processus de dénaturation. La preuve c’est qu’au temps où l’Homme vivait en harmonie avec son milieu naturel, ces maladies étaient rares ou presque inexistantes. Le hic, c’est que ces infrastructures oncologiques spécialisées affectées à l’effet de lutter contre ce mal et sauver les vies humaines, ne font que retarder pour un petit bout de temps, la faux du destin… En conclusion, un retour à la nature est absolument impératif.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De la patate à l’huile de table La tragédie continue

Il y quelques jours, nous ...

Cartable lourd et tête vide

Le cartable de l’élève est ...

Des pétards en milliards

Ce sont des milliards qui ...

L’impossible discipline contre la Covid

Depuis son entrée solennelle dans ...

Ce qui s’est passé à Paris Ce 17 octobre 61

Il y a 60 ans ...