Accueil » CHRONIQUE » Le bon coup de l’OPEP

Le bon coup de l’OPEP

L’OPEP continue de gérer le marché pétrolier pour stabiliser les prix, sans viser explicitement leur augmentation. Elle prolonge sa politique de réduction de l’offre, débutée pendant la crise du Covid-19, en maintenant la baisse de production de 2,2 millions de barils par jour jusqu’à fin septembre. Ensuite, un retour progressif à la normale est envisagé dans les 12 mois, sous réserve de la situation internationale. Des pays membres comme l’Arabie saoudite et des non-membres comme la Russie collaborent à cette régulation. Cette mesure s’ajoute à une autre réduction de la production décidée il y a un an et prolongée jusqu’à fin 2025. D’un côté, l’OPEP + va prolonger le niveau de la production de pétrole brut de ses membres du 1er janvier 2025 au 31 décembre 2025, a fait savoir l’Alliance dans un communiqué. De l’autre, huit membres du groupe vont prolonger leurs réductions volontaires de production de pétrole pendant quelques mois, avant de les supprimer petit à petit. Il s’agit de coupes de 2,2 millions de barils par jour, qui concernent principalement l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial, mais aussi la Russie, l’Irak, les Émirats arabes unis, le Koweït, ainsi que le Kazakhstan, l’Algérie et Oman. Étendues jusqu’en septembre 2024, ces baisses de production seront progressivement arrêtées d’ici à septembre 2025. Elles viennent s’ajouter à de précédentes coupes volontaires de 1,65 baril par jour, annoncées l’année dernière, et étendues jusqu’à fin 2025, précise le communiqué. La conjoncture économique mondiale demeure «incertaine» quant à son évolution à court terme, en raison notamment d’une croissance stagnante dans les pays industrialisés et d’une croissance économique modérée dans de nombreux pays émergents. L’OPEP+ maintient actuellement près de six millions de barils de pétrole sous terre, avec pour défi de rouvrir les vannes d’ici 2025 sans saturer le marché et faire baisser les prix. Cette stratégie, initiée en 2022 pour faire face à la baisse des cours, vise à s’adapter à une demande mondiale en déclin en réduisant l’offre pour stimuler les prix. Malgré un prix actuel du baril autour de 80 dollars, jugé insuffisant par certains membres pour équilibrer leurs budgets, le groupe n’a pas réussi à relancer les prix depuis novembre. Pour éviter les tensions, l’OPEP+ a accepté d’augmenter l’objectif de production des Émirats arabes unis de 300 000 barils par jour en 2025. Toutefois, l’examen des quotas de production de l’ensemble du groupe est repoussé à fin 2025 pour éviter les désaccords entre les pays.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pièces détachées autos, le puzzle !

Dans un communiqué publié ce ...

L’OPEP optimiste face aux incertitudes!

Mardi, les prix du pétrole ...

Le Covid qui intrigue toujours !

Selon une étude sur la ...

La chute du blé, une aubaine pour l’Algérie!

Suite à une baisse des ...

L’Algérie à l’heure de la transition énergétique

L’Algérie possède un potentiel considérable ...