Accueil » CHRONIQUE » Le blé ne sera pas cher !

Le blé ne sera pas cher !

Dans son dernier rapport, les dernières prévisions de la FAO au sujet de la production mondiale de blé en 2023 sont restées quasiment inchangées par rapport aux chiffres précédents publiés en avril. La production mondiale en 2023 devrait atteindre son deuxième plus haut niveau jamais enregistré, à savoir 785 millions de tonnes. Les échanges mondiaux de céréales en 2022-2023 devraient atteindre 472 millions de tonnes, soit une augmentation de 2,6 millions de tonnes par rapport aux prévisions du mois dernier, mais un niveau encore inférieur de 2,2 pour cent au niveau record de 2021-2022. Établies au niveau record de 200 millions de tonnes, les prévisions concernant les échanges mondiaux de blé en 2022-2023 (juillet-juin) indiquent une hausse de 2,3 pour cent par rapport au niveau de 2021-2022. En Afrique du Nord, la sécheresse a restreint les potentiels de rendements du blé en Algérie, en Tunisie et au Maroc et l’on s’attend à des récoltes en dessous de la moyenne en 2023, selon le rapport du FAO. Avec les conditions climatiques qui pèsent sur la production et la demande croissante de la population, les importations sont à la hausse dans plusieurs pays de la zone, rapporte L’Agence Ecofin. Blé russe à « prix cassés », abondance de maïs brésilien : rien ne semble en mesure d’enrayer la baisse des prix mondiaux des céréales à court terme, dans un marché ignorant les risques géopolitiques liés à la guerre en Ukraine, soulignent des analystes à l’AFP. Cette baisse générale des cours est une bonne nouvelle pour les pays importateurs, notamment au Maghreb où une nouvelle vague de sécheresse va réduire les rendements des récoltes attendues dans quelques semaines, relaye «Zone Bourse». L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture a aussi indiqué ce vendredi que l’indice de référence des prix internationaux des produits alimentaires a augmenté au cours du mois d’avril, et ce, pour la première fois depuis un an, imputant cette hausse des cours mondiaux à l’augmentation des prix de denrées telles que le sucre, la viande et le riz.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...

Prix compétitif du blé en 2024

Selon Maxime Raturat, analyste chez ...

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...