Accueil » CHRONIQUE » Le blé, l’autre «soucis»!

Le blé, l’autre «soucis»!

En Algérie, le gouvernement a décidé de relever le prix d’achat du blé dur de 4.500 DA à 6.000 DA, le prix du blé tendre de 3.500 DA à 5.000 DA, le prix de l’orge de 2.500 DA à 3.400 DA, et le prix de l’avoine de 1.800 DA à 3.400 DA. Ce qui est salutaire et peut motiver les agriculteurs de miser sur la culture des céréales dans les conditions du stress hydrique. Déjà, la saison dernière, il y a un déficit comme le confirme le ministre de l’Agriculture ayant indiqué que les statistiques de la saison 2020-2021 révèlent «un déficit en matière de quantités collectées», faisant état d’une quantité de 135.000 qx d’orge collectées pour des besoins qui dépassent 8 millions de qx. Cette situation a eu pour effet l’apparition de la spéculation dans la production du son et sa mise à disposition pour les éleveurs, d’autant que 40% seulement sont destinés directement aux éleveurs, tandis que 60% sont destinés à la vente libre, a ajouté le ministre, selon l’agence APS. En effet, les prix du blé et du maïs continuaient de baisser vendredi à la mi-journée sur le marché européen, dans l’attente de pluies qui devraient soulager les cultures dans le sud du Brésil et en Argentine. Alors que des pluies au Brésil, favorables aux récoltes, avaient fait reculer jeudi le cours du maïs, «les prévisions météorologiques en Argentine indiquent désormais des conditions plus sèches ce week-end, ce qui soutient à nouveau le prix de la céréale», a expliqué Dewey Strickler d’Ag Watch Market Advisers. «Le ministère américain de l’agriculture (USDA) a par ailleurs annoncé une vente à l’exportation de 100 422 tonnes de maïs au Mexique. Le Conseil international des céréales (International Grain Council, IGC) a en outre abaissé jeudi son estimation de la production mondiale de maïs à cause des dommages dus à la sécheresse en Amérique du Sud à 1 207 milliards de tonnes, ce qui soutenait le cours de la céréale. Cette réduction de l’estimation de la production mondiale est essentiellement due au Brésil, qui passe de 117,4 à 112,9 millions de tonnes», rapporte «Chicago Hebdo». Le Conseil international des céréales (International Grain Council, IGC) a révisé jeudi à la hausse son estimation de production mondiale de blé, à 781 millions de tonnes contre 777 affichés précédemment (et face à une estimation moins optimiste de l’USDA mercredi, à 778,6 millions). Cette nouvelle estimation de l’IGC est notamment due à l’Australie, dont la production est revue en progression, à 35,5 millions contre 32 auparavant. Avec la hausse des prix du pétrole, qui approche les 90 Dollars, il faut s’attendre à une hausse du prix des céréales. Une stratégie devra être élaborée par le gouvernement et les spécialistes du secteur pour éviter des «crises» et des dépenses supplémentaires.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Monde s’oppose aux Sionistes…

Le G7 s’est opposé à ...

Le Monde ne doit pas oublier le Soudan!

Ce lundi, le Secrétaire général ...

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...