Accueil » CHRONIQUE » L’avertissement de l’OMS

L’avertissement de l’OMS

Catherine Smallwood, une responsable des situations d’urgence à l’OMS, a indiqué à l’AFP que la montée en flèche des taux d’infection pourrait avoir l’effet inverse. «Plus Omicron se répand, plus il se transmet et plus il se réplique, plus il est susceptible de générer un nouveau variant», a-t-elle précisé. «Actuellement, Omicron est mortel, il peut causer la mort […] Peut-être un peu moins que Delta, mais qui peut dire ce que le prochain variant pourrait générer?». L’Organisation mondiale de la santé estime que le variant Omicron ne devrait pas être classé comme «léger» même si ses effets semblent être moins graves. Bien qu’Omicron semble être moins grave que Delta, en particulier chez les personnes vaccinées, cela ne signifie pas qu’il devrait être classé comme bénin, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’un point de presse à Genève, jeudi. L’OMS avance que l’impact sur les personnes âgées est l’une des grandes questions sans réponse concernant le nouveau variant, car la plupart des cas étudiés jusqu’à présent concernaient des personnes plus jeunes. La branche onusienne déplore le manque de soutien des pays riches envers ceux pauvres face à cette pandémie. Le Sud n’est pas encore vacciné. Sur la base du taux actuel de déploiement des vaccins, pas moins de 109 pays n’atteindront pas l’objectif de l’OMS de vacciner 70 % de la population mondiale d’ici juillet, a précisé Tedros Adhanom Ghebreyesus. Cet objectif est considéré comme un moyen d’aider à mettre fin à la phase aiguë de la pandémie. «Rappel après rappel dans un petit nombre de pays ne mettra pas fin à une pandémie tant que des milliards de personnes resteront sans protection», a tenu à marteler le patron de l’OMS. De son côté, le conseiller de l’OMS Bruce Aylward a déclaré que 36 pays n’avaient même pas atteint 10 % de couverture vaccinale. Parmi les patients à l’état jugé sérieux dans le monde, 80 % n’étaient pas vaccinés, a-t-il souligné. Chez nous, les experts plaident pour une vaccination massive et avancent que la quatrième vague pourrait être «tragique». Le Pr Mahyaoui lance un appel via TSA à «l’application de façon stricte sur le terrain les mesures barrières.» «On ne doit pas se laisser aller car il y va de l’avenir et de la santé de nos concitoyens», a-t-il dit. Encore une fois, le spécialiste réitère l’appel à la vaccination contre le Covid-19, seul moyen, selon lui, pour atteindre l’immunité collective et éviter un désastre sanitaire.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...