Accueil » RÉGIONS » L’autre faille des élus. Les anciens cimetières dans un état scandaleux

L’autre faille des élus. Les anciens cimetières dans un état scandaleux

Cette fête de l’Aïd El Fitr de la semaine dernière nous a fait découvrir l’obscure situation dans laquelle se trouvent les cimetières de Sidi Benhaoua et celui de Benaicha sans citer celui de Sidi Maazouz. L’état des lieux est devenu critique …En pénétrant dans l’enceinte de ses espaces funéraires, le commun des mortels comprend immédiatement l’absence flagrante du service public. Une situation qui continue à susciter des interrogations et des préoccupations même. Le manque d’entretien est visible car les herbes sauvages sont installées depuis belle lurette et ont formé une broussaille. Une broussaille qui cache les tombes et les allées de fortune qui servaient d’accès aux tombes. C’est incroyable de constater la présence de détritus de tous genres. Entre bouteilles et sacs en plastique le décor est presque pareil à celui d’une décharge sauvage. C’est honteux de traiter ainsi nos morts les mettant dans un décor aussi pitoyable que celui qu’observent impuissant les visiteurs. Aussi, faut-il noter, que la commune à qui la charge de l’entretien lui revient semble l’avoir carrément abandonnée. Tout porte à croire que les élus de l’APC croient que l’entretien des cimetières ne fait pas partie des tâches communales. La commune se contente uniquement d’inscrire et d’inhumer. Aujourd’hui, tous se demandent les raisons pour lesquelles il n’y a plus de service funèbre à Mostaganem. Pourtant, dans les chapitres du budget communal les cimetières figurent. A Mostaganem, les morts ont perdu tout respect puisque les tombes croulent sous les mauvaises herbes et les détritus. De tous temps, l’état des lieux occasionne des désagréments aux personnes venues se recueillir sur les tombes de leurs proches, La situation est devenue critique. Les mostaganémois jalousent l’état exemplaire des cimetières de certaines villes algériennes, où les élus respectent les morts et font appliquer la réglementation. Ailleurs, dans d’autres villes, des structures spéciales pour la maintenance ont été créées avec des régisseurs pour une gestion optimale des cimetières. Une décision administrative prise par les autorités locales s’avère urgente pour mettre le holà à ces dérives intolérables.

À propos Abdelmadjid-Lotfi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ramassage des peaux de moutons à Mostaganem. Une campagne ratée par manque d’organisation

La campagne de collecte des ...

Port de Mostaganem. Un autre scandale à l’EPM rattrapé par la justice

Selon le communiqué parvenu à ...

Services publics. L’Agence de Développement sociale se désocialise

A Mostaganem, plusieurs structures administratives ...

Publication. Un 3ème ouvrage sur l’information publique en Algérie

Mansour Kaddour Benattia, journaliste de ...

Femme au foyer. Ce socle dont on ne parle jamais

De temps à autre il ...