Accueil » CHRONIQUE » L’ANIE peut-elle déjouer les fraudes?

L’ANIE peut-elle déjouer les fraudes?

L’Autorité Charfi semble, vraisemblablement, très sûre d’elle-même, de pouvoir dans l’avenir, mettre un terme à l’argent sale qui finance les campagnes électorales…Au fait, c’est plus beau à entendre qu’à croire. Mais, ça n’empêche pas de souhaiter bonne chance à Mr Charfi et au staff de sa respectable autorité. Nous ne voulons que voir les choses directement voire réellement et non à travers un voile de bons et sincères sentiments positifs. Qui dit élections, dit politique, et la politique comme nous le savons tous, est l’art du possible…où, généralement, la fin justifie les moyens. Il ne serait pas gentil de notre part, de ne pas avoir confiance en une ANIE qui s’est donnée comme mission noble de purger les élections, en tant que dispositif incontournable dans la pratique démocratique dans le pays. Seulement, il serait plus sage d’attendre et voir ce qui va se passer dans la réalité des choses. Wait and see. Faudrait-il rappeler dans ce sens, que le financement des compagnes électorales se pratique de la même façon que la corruption, si elle n’est pas une cousine germaine de la corruption…c’est-à-dire, loin des yeux et loin du cœur, sans laisser sur le lieu du crime une quelconque traçabilité. Et, en vue de réussir une telle mission «impossible», il serait judicieux de penser avant tout à purger l’institution judiciaire nationale, des éléments nuisibles, toujours planqués anguille sous roche, dans les rouages de cette prestigieuse institution républicaine…dire autrement, aucune réforme des autres institutions de l’Etat, ne sera féconde, sans passer d’emblée au crible l’Institution judiciaire … et toute réforme doit, nécessairement, sous-entendre avant toute autre démarche, l’installation d’une certaine autonomie notamment, par rapport à l’autorité exécutive et parfois à des autorités parallèles occultes…pour répondre à notre pertinente question: L’ANIE peut-elle déjouer les fraudes? Comme je viens de le dire plus haut, seuls les jours à venir pourront y apporter une réponse consistante. Positive ou négative!? Même, si Mr Charfi semblait, le dimanche passé, très à l’aise et parfaitement, confiant devant le micro de la chaîne 1 de la radio nationale. Cependant, quant à nous, le petit peuple et suite aux expériences amères du passé, nous préférons garder une petite distance par rapport à cet événement et voir le développement du cours des événements. Nous avons reçu des promesses et des engagements de la part de l’actuelle équipe gouvernementale issue de l’après Hirak, afin d’apporter les réformes nécessaires qui vont sauver l’Etat algérien d’un effondrement qui semblait, il y a deux ans de ça, inévitable. Nous avons frôlé le pire des scénarios…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Corruption: Quel rôle pour la société civile ?

La meilleure des définitions que ...

Le Ramadhan: Un mois très dur pour les ménages

Au moment où le mois ...

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...