Accueil » ACTUALITE » L’Algérie fait face à une menace extrêmement sérieuse. «Il faut une diplomatie de guerre»

L’Algérie fait face à une menace extrêmement sérieuse. «Il faut une diplomatie de guerre»

Le pays fait face à une menace sérieuse. Le contexte tel qu’il prévaut notamment sur le plan régional milite en faveur d’une prise de conscience des dangers. Faut- il alors asseoir une diplomatie de guerre? Pour cela, les anciens diplomates d’Algérie sont montés au créneau pour appeler les jeunes à assurer la relève. Ces derniers devront s’inspirer de la diplomatie algérienne durant la glorieuse révolution qui a débouché sur l’indépendance du pays via les accords d’Evian et le Cessez -le-feu du 19 mars 1962. Cette étape historique du long processus diplomatique et politique entamé par leurs diplomates aînés tels les Abane Ramdane, Krim Belkacem, Souidani Bitat Benbella ne devrait pas en effet passer inaperçue parce qu’elle dénote du travail de “fourmi” et de longue haleine entrepris par la diplomatie algérienne durant la guerre de la libération de l’Algérie (1954-1962) pour forcer l’ex puissante France coloniale à s’asseoir sur la table, à négocier et à accepter les conditions du gouvernement provisoire de la république algérienne pour son retrait définitif du territoire algerien. La célébration des accords historiques d’Evian a permis aux diplomates algériens en retraite de saisir l’occasion pour appeler à perpétuer l’action de leurs vaillants diplomates de la révolution.
Ils encouragent les jeunes diplomates à maîtriser les enjeux du fait que l’Algérie est depuis quelques années devenue la cible de menaces extérieures.“Pour concrétiser cet objectifs ils insistent sur une “ diplomatie de guerre”. Le pays connu par ses positions inflexibles sur certains dossiers géostratégiques politiques, est devenu un rempart aux “appettis” et intérêts des “ennemis” appuyés par la machine sioniste et autres maillons occultes qui distillent la propagande pour nuire à l’image de l”Algérie, un pays stable, politiquement, fort de ses institutions et un havre de paix.
Les accords d’Evians seraient pour ainsi dire, une sorte d“école” de la diplomatie pour nos jeunes diplomates. ”L’Algérie est en face d’une menace extrêmement sérieuse et beaucoup de personnes ne sont pas conscientes», a affirmé l’ancien ambassadeur, Noureddine Djoudi. Lors d’une conférence tenue à Alger sous le thème: rôle de la diplomatie dans la guerre de 4e génération », organisée par l’Association des diplomates algériens à la retraite (ADAR) à l’occasion de la célébration du 59ème anniversaire des accords d’Evian, Djoudi a soutenu que l’Algérie est « sérieusement menacée » par la guerre dite de 4ème génération, conçue sous deux axes: les nouvelles technologies et les conspirations visant le front interne. Pour faire face à ces menaces, le conférencier insiste sur le principe d’une diplomatie de guerre. «Aujourd’hui il nous faut une diplomatie de guerre et il ne faut pas se limiter à des questions d’ordre politique», a-t-il insisté.
«Il s’agit de bien savoir quel est l’enjeu et il revient à nos jeunes diplomates de reprendre le flambeau à l’instar des anciens diplomates quand ils ont entamé la diplomatie de guerre pendant la Révolution», a-t-il ajouté. Djoudi a mis en avant les positions géostratégiques de l’Algérie en faveur de la paix et de la justice. « L’Algérie est ciblée particulièrement par ses ennemis qui voient en elle un pays qui gêne de par ses positions en faveur de la paix et de la justice à travers le monde et de par sa situation géographique centrale, ainsi que la puissance de son institution militaire », a-t-il alerté. Le diplomate précise que « les plans malsains du Maroc et d’Israël contre l’Algérie se traduisent à travers notamment les tentatives visant à attiser les divergences et les dissensions entre Algériens en termes notamment d’idéologies et convictions politiques ».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Avantages accordés aux investisseurs par l’AAPI. Près de 160 secteurs d’activités exclus

Algérie–investisseurs pourquoi ça ne marchait ...

Rencontre du FLN et suspension surprise des travaux. Incidents verbaux et vive contestation

Une réunion, regroupant les cadres ...

Après deux ans d’exception, retour au système habituel dans l’enseignement. Rentrée des classes pour 11 millions d’élèves

La dernière épine qui pesait ...

Hassi Mefsoukh. Le président de l’APC soulève le problème du «manque de foncier de l’habitat rural»

Sise à plus de 30 ...

La piste d’une gestion en intérim de la commune de Bousfer se précise. L’incompatibilité d’humeur se poursuit entre le maire et certains de ses élus

La situation de blocage que ...