Accueil » CHRONIQUE » L’Algérie et l’OPEP sur la même ligne

L’Algérie et l’OPEP sur la même ligne

L’OPEP+ a dévoilé jeudi de nouvelles mesures de réduction de la production pour l’année à venir, dans le but de stabiliser les prix du pétrole, qui ont récemment chuté en raison d’une conjoncture économique fragilisée, selon l’agence de presse Xinhua. Suite à une réunion virtuelle des ministres du Pétrole de l’OPEP+, l’OPEP a annoncé jeudi soir, par le biais d’un communiqué, que son secrétariat a pris acte de l’annonce de plusieurs pays membres de l’OPEP+ de réduire collectivement leur production de 2,2 millions de barils par jour (bpj) pour le premier trimestre de 2024. Cette décision vise à soutenir «la stabilité et l’équilibre des marchés pétroliers». Ces réductions s’ajouteront aux contingents établis lors de la réunion ministérielle précédente de l’OPEP+ en juin. Elles viendront compléter les réductions volontaires de la production annoncées par les pays de l’OPEP+ en avril et seront en vigueur jusqu’à la fin de 2024, selon le communiqué de l’OPEP. L’Arabie saoudite, leader de facto de l’OPEP, prolongera sa réduction volontaire de production de 1 million de bpj jusqu’à fin mars 2024. Simultanément, la Russie, un important allié de l’OPEP, augmentera sa réduction d’exportations de pétrole de 300 000 bpj à 500 000 bpj, maintenant cette mesure jusqu’en mars prochain. D’autres pays de l’OPEP+, dont l’Irak, les Emirats arabes unis, le Koweït, le Kazakhstan, l’Algérie et Oman, ont promis des réductions moins importantes pour le premier trimestre 2024, a affirmé l’OPEP. Toutefois, le communiqué précise que les nouvelles réductions de production seront « restituées progressivement en fonction des conditions du marché » afin de soutenir la stabilité du marché après le mois de mars de l’année prochaine. A cet effet, l’Algérie a décidé de procéder à une réduction volontaire supplémentaire de 51.000 barils/jour, à compter du 1er janvier 2024 jusqu’à fin mars prochain. La production de l’Algérie passera à 908.000 barils/jour durant le premier trimestre de l’année 2024, selon le communiqué qui a souligné que ces quantités supplémentaires de réduction «seront progressivement rétablies en fonction de la situation du marché». Cette décision s’ajoute à la précédente réduction volontaire de 48.000 barils/jour, annoncée par l’Algérie en avril 2023, en vigueur jusqu’à fin décembre 2024. Le prix du pétrole « s’est stabilisé au début de la journée de vendredi, après les fortes oscillations de jeudi », le marché digérant cette annonce, avec des coupes toutefois plus modestes et réduites dans le temps qu’anticipé par les investisseurs, résume Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le SOS des enfants du Soudan

«Depuis près d’un an, les ...

Femmes palestiniennes, les victimes invisibles

Dans la bande de Gaza, ...

Le gaz a bien chuté !

Le prix du gaz est ...

Pour un Ramadan sans hausse…

Le gouvernement prend plusieurs mesures ...

Le pétrole a bien «chauffé»

En 2024, le secteur pétrolier ...