Accueil » CHRONIQUE » L’Afrique dans le rouge!

L’Afrique dans le rouge!

Le variant Delta est présent dans plus de 104 pays et l’OMS s’attend à ce qu’il devienne très bientôt la souche dominante de la Covid-19 circulant dans le monde. L’OMS tire la sonnette d’alarme. Le variant Delta de la Covid-19 circule à travers le monde à un rythme élevé, entraînant un nouveau pic de cas et de décès et révèle une très forte inégalité mondiale en matière d’approvisionnement en vaccins, a déclaré, lundi, le chef de l’OMS. Le patron de l’OMS a dénoncé la «cupidité» de ceux qui pensent déjà à l’injection d’une troisième dose de vaccin anti-Covid, dont la nécessité est loin d’être prouvée scientifiquement, quand une bonne partie du monde attend son premier vaccin. «Si la solidarité ne fonctionne pas, il y a un mot pour expliquer la prolongation de l’agonie de ce monde, cette prise d’otage par le virus… C’est la cupidité», a dénoncé le Directeur général de l’organisation onusienne, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l’issue du point de presse régulier de l’agence à Genève. Il a ajouté que dans les pays à faible revenu, les agents de santé épuisés se battent pour sauver des vies malgré les pénuries d’équipements de protection individuelle, d’oxygène et de traitement. L’Afrique comme plusieurs pays «pauvres» fait face à une forte contamination. Dans un entretien avec l’AFP, le représentant de l’OMS, Yves Souteyrand, s’est exprimé sur la détérioration de la situation épidémiologique en Tunisie, indiquant que la Tunisie a le plus fort taux de mortalité de tout le continent africain et de tout le monde arabe ; le responsable a mis en garde contre l’enregistrement de plus de 100 décès par jour. « La Tunisie devrait être aidée, particulièrement en vaccins», a-t-il annoncé. L’Algérie est venue en aide à son voisin. Les riches laissent des Africains mourir. Alors que le continent africain fait face à une violente vague de Covid-19, un ministre ougandais, Chris Baryomunsi, dénonce, dans The Guardian, le manque de solidarité de l’Occident. Aux grandes pandémies mondiales, des remèdes occidentaux réservés aux Occidentaux. En janvier, Cyril Ramaphosa, président sud-africain et alors président de l’Union africaine (UA), s’était élevé contre le «nationalisme vaccinal» des pays riches. Quelques mois plus tard, dimanche 11 juillet, c’est au tour du ministre ougandais des Télécommunications, l’épidémiologiste Chris Baryomunsi, de s’en prendre à l’égoïsme occidental, dans le journal britannique The Guardian: «Nous avons l’argent, mais nous ne pouvons tout simplement pas avoir de vaccins. C’est un défi d’accès et d’équité. Nous ne pouvons pas compter sur le monde occidental qui s’est concentré sur sa propre population», a-t-il indiqué. Quant à l’initiative Covax, le programme de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) destiné au partage équitable des doses de vaccins, son bilan en Afrique ressemble à un échec : seules 26 millions de doses ont été distribuées par ce biais (70 millions en tout), pour une population de 1,3 milliard d’habitants. Au total, seulement 1 % des Africains ont bénéficié d’une première dose. Un tel scénario était-il écrit d’avance?? En janvier, les chefs d’?tat d’Afrique de l’Ouest, réunis en Sommet, s’étaient en tout cas engagés à «combattre le virus des inégalités». Le Directeur général de l’OMS a déclaré que les compagnies pharmaceutiques doivent partager leurs licences, leur savoir-faire et leur technologie. Il a déclaré qu’il ne pouvait plus être question de vacciner les pays à faible revenu en 2023 alors qu’il existe des outils pour les aider maintenant. Selon lui, il est «extrêmement décevant» de voir que des pays qui ont vacciné la majeure partie de leur population avec deux doses, pensent à une troisième. «En fait, cela n’a aucun sens», a-t-il souligné.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’huile monte…

Le prix de l’huile de ...

La bonne gestion du gaz…

L’Algérie est tenue de se ...

Mais attention…

Le confinement partiel à domicile, ...

Plus qu’un crime, un génocide !

17 octobre 1961, c’est une ...

Protégeons nos enfants !

L’Algérie comptait près de 16 ...