Accueil » RÉGIONS » L’affaire du détournement de deniers publics du Crédit populaire algérien de Bouira. Les principaux accusés écopent de 05 années de prison fermes

L’affaire du détournement de deniers publics du Crédit populaire algérien de Bouira. Les principaux accusés écopent de 05 années de prison fermes

Le verdict de l’affaire de la banque du crédit populaire algérien (C.P.A), de Bouira, après avoir été reportée à deux reprises, vient d’être prononcé ce jeudi, par la cour de justice de Bouira. Ainsi nous saurons que S.T cadre au C.P.A et A.I ancien directeur ont été condamnés à une peine de 5 ans de prison fermes, L.K caissier, quant à lui, a écopé d’une peine de 4 ans de prison fermes, et N.S fonctionnaire au C.P.A en a pris pour 3 années de prison fermes, dont une année et demi avec sursis. Ces condamnations sont suivies de la saisie de leurs biens immobiliers. Par contre, d’autres prévenus ont été condamnés à 2 ans de prison fermes dont une année avec sursis, 18 mois de prison avec sursis, une année de prison ferme, et une autre avec sursis et des relaxes ont été prononcées pour d’autres. Il faut rappeler que cette affaire avait défrayé la chronique devenant le sujet principal des discussions de la population de Bouira, lors de son éclatement le mois d’octobre 2019. Car, tout a commencé lorsque des plaintes ont été portées par plusieurs clients de la banque du Crédit populaire de Bouira, auprès de la Division économique de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya de Bouira. Ces derniers avaient remarqué des anomalies dans la gestion de leurs comptes bancaires. Les éléments de la division économique de la Sûreté de wilaya se sont penchés sur l’affaire, en ouvrant une enquête avec la coordination du parquet. Au fur et à mesure que l’enquête progressait, il a été constaté par les enquêteurs de la brigade économique de la police, un détournement estimé à plus d’une cinquantaine de milliards et un autre montant en devises, qui avait également disparu. À l’issue de l’enquête, 35 personnes ont été auditionnées dont des clients, entrepreneurs, commerçants, et personnels de la banque en question. Tous les mis en cause qui semblaient être liés à l’affaire en ce temps-là, avaient été entendus par le juge d’instruction. Ce dernier avait ordonné la mise sous mandat de dépôt à l’encontre de 5 fonctionnaires du C.P.A, (A.I, S.T, L.K, N.H et N.B) c’est-à-dire le caissier, un autre cadre, 2 fonctionnaires et un précédent directeur de ladite banque (C.P.A) domiciliée au centre-ville de Bouira. Les mis en cause ont été poursuivis pour les délits d’association de malfaiteurs, de faux en écriture sur des chèques et des carnets d’épargne, usage illégal de fonds, détournement des deniers publics, vol et escroquerie. Par contre, d’autres personnes faisant partie du personnel du C.P.A, avaient été mises sous contrôle judiciaire. Les nombreuses victimes du détournement d’argent qui a été découvert à l’Agence de Bouira, ont reçu des garanties s’agissant du remboursement de leurs dépôts. Car il y va de la crédibilité de cette banque.

À propos Hocine Taib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Bouira. Six personnes asphyxiées par le monoxyde de carbone

Six personnes ont été victimes ...

Bouira. Le réalisme du président du Haut Commissariat à l’amazighité

C’est ce qu’a déclaré jeudi, Si ...

Bouira. Un jeune homme se donne la mort par pendaison

Le jeune M.N., âgé de ...

Un enseignant agressé par son élève

Un enseignant du collège moyen ...

Bouira. Campagne de sensibilisation sur les risques du gaz

Dans un communiqué rendu public ...