Accueil » CHRONIQUE » La voiture qui se fait «désirable»

La voiture qui se fait «désirable»

Le prix de la voiture en Algérie ne cesse de flamber. Le dossier de l’importation des voitures neuves ou leur montage en Algérie est toujours en suspens où l’on sent que les pouvoirs publics hésitent beaucoup sur ce sujet. L’autorisation de la voiture de moins de trois ans n’a pas encore été rendue «effective» et n’«influera» pas sur le prix de la voiture à cause de la «faiblesse» du dinar sur le marché des devises.? travers un communiqué publié sur son compte Facebook, le sénateur Benzaim a fait savoir que l’importation de voitures d’occasion de moins de trois ans fera des entrées de devises. « La procédure est déjà introduite dans la LFC 2021. On attend que l’arrêté ministériel conjoint entre les ministères concernés pour la mettre en œuvre», a-t-il ajouté. Il a affirmé que «L’état ne dépensera aucun dollar pour l’importation des véhicules». Le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi, suggère l’importation de voitures de moins de 05 ans en Algérie. Zebdi ne voit d’autre solution que l’importation de véhicules d’occasion de moins de 5 ans. De plus, l’interlocuteur juge que pour les véhicules de moins de 03 ans le coût est inaccessible. Et ce, pour une grande partie des consommateurs. Mustapha Zebdi a protesté contre les prix élevés des voitures. Notamment la Picanto qui a atteint les 400 millions de centimes de dinars. Ainsi que la voiture Symbol qui se commercialise au prix de 300 millions de centimes. Il a indiqué que les prix affichés sont « déraisonnables ». Zebdi affirme que si l’Algérie procède à l’amélioration du transport public, le dossier automobile ne posera plus de problèmes. L’expert en économie, Brahim Guendouzi, à, à Dzair Daily, affirmé que le marché national est « à sec ». « Et ce, à cause de la suspension de la fabrication automobile selon le dispositif CKD/SKD. Mais aussi, le retard enregistré dans la délivrance des agréments aux opérateurs économiques », lit-on. Avec la cherté de la vie et la hausse des prix de presque tous les produits, le gouvernement devra revoir son programme d’action pour absorber la colère et apaiser la tension.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...

Prix compétitif du blé en 2024

Selon Maxime Raturat, analyste chez ...

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...

FAO, tout s’envole !

Les prix des produits alimentaires ...