Accueil » CHRONIQUE » La voiture, l’autre problème !

La voiture, l’autre problème !

L’importation des voitures neuves a été suspendue depuis trois ans. Le montage des voitures en Algérie est aussi à l’arrêt, ce qui a engendré une flambée des prix des voitures d’occasion et neuves. Le Groupement des Concessionnaires Automobiles «GCA» a adressé, lundi 31 janvier, une lettre au médiateur de la République, Brahim Merad, pour demander un aboutissement immédiat, selon TSA. Le GCA demande à Merad d’intervenir auprès de la commission technique et de solliciter le ministère de l’Industrie. Et ce, afin de réglementer le cahier des charges de la filiale automobile. Celui-ci promis en décembre dernier, et toujours pas réglé. Les pertes infligées à ces professionnelles sont estimées à 10 milliards de dinars. Une situation, qui, selon le GCA, risque de causer une crise dans le domaine de l’automobile en Algérie. Le Groupement souhaite le retour à l’importation des véhicules sur le marché algérien. Une demande que ces professionnelles espèrent voir prise en considération par le Gouvernement algérien, selon le média. « Le retard enregistré dans la réponse aux dossiers comme fixé à 20 jours, bien que les candidats (à l’importation des véhicules) ont investi dans la réalisation des sièges, des garages et des showrooms en sus d’avoir recruté des salariés qui reçoivent leur salaire mensuellement, leur causant des pertes incommensurables, a dépassé la ligne rouge », ont ainsi écrit les membres du GCA. Le président de l’Association de protection du consommateur « APOCE », Mustapha Zebdi a, à TSA, épaulé la décision de reprise de l’importation de véhicules et s’est joint à l’appel du GCA. Il ne sait pas quand le retour de l’importation des voitures sera effectif. En effet, alors que le Ministre de l’industrie Ahmed Zeghdar a déclaré au début du mois de décembre que le cahier des charges relatif à la filière automobile allait être prêt ce mois de janvier, la situation n’a toujours pas connu de suite. La voiture est aussi un vrai casse-tête pour le gouvernement où il n’est plus question de refaire les mêmes erreurs lors de l’élaboration du nouveau cahier de charge.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Déjà des mesures contre les feux de forêt !

La Commission nationale de protection ...

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...

Le FLN se prépare aux élections…

Sous la direction d’Abdelkrim Ben ...

Le SOS des enfants du Soudan

«Depuis près d’un an, les ...