Accueil » CHRONIQUE » La viande, un produit de luxe !

La viande, un produit de luxe !

Ces derniers mois, le prix du poulet a flambé en Algérie en conséquence de la hausse des prix des matières premières. Cette hausse se répercute inévitablement sur les consommateurs. La viande rouge est devenue un « produit de luxe » pour la grande majorité des Algériens. Le prix de la viande reste aussi une préoccupation pour le gouvernement. Suite à l’augmentation des prix des intrants biologiques avicoles, le ministère a décidé de rééquilibrer le marché. Comme pour le poulet, le ministre s’est penché sur la viande rouge. Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni a affirmé que des mesures seront prises sur le terrain au profit des éleveurs et des opérateurs, en vue de lever certains obstacles qui entravent l’activité de la production des viandes rouges, a indiqué le ministère dans un communiqué. Lors d’une réunion avec éleveurs et les professionnels, le ministre a écouté les préoccupations des professionnels, notamment celles ayant trait au « manque des fourrages et leur prix élevés, le monopole des spéculateurs, l’organisation des professionnels », ainsi que la levée de certains obstacles qui entravent l’activité de la production des viandes rouges. Début septembre, le premier responsable de la fédération des viandes rouges et blanches, Bilal Djemâa trouvait la flambée des prix de la viande est injustifié en demandant une intervention politique des plus hautes autorités. Il ajoute avoir tenté tous les moyens pour mettre un terme à cela, mais en vain. Malgré la hausse des prix de l’aliment de bétail, en France, les prix de la viande ont augmenté en moyenne de 2% par rapport à l’an dernier.. Une hausse liée à la hausse de la demande mondiale et les mauvaises récoltes de l’hiver (le soja se récolte aux mois de septembre-octobre, ndlr) qui ont fait augmenter les prix. Nous sommes loin des 2% en France. Le ministre Henni a également débattu avec les représentants des professionnels, de certaines solutions proposées aux obstacles soulevés par eux, affirmant qu’elles seront sérieusement étudiées et que des mesures sur le terrain seront prises au profit des éleveurs et des opérateurs. Il faut des décisions courageuses pour réguler ce marché.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tous ensemble contre ce virus!

La pandémie de Covid-19 «est ...

Le blé, l’autre «soucis»!

En Algérie, le gouvernement a ...

Les écoles ne fermeront pas !

La semaine passée, le ministre ...

Pétrole, les manœuvres ont commencé!

Le prix du pétrole a ...

Le casse-tête des déchets ménagers

La gestion des déchets ménagers ...