Accueil » CHRONIQUE » La viande, le vrai casse-tête!

La viande, le vrai casse-tête!

Plus de 20.000 tonnes de viande rouge seront importées et mises sur le marché national avec un prix plafond fixé à 1.200 dinars le kilogramme, durant le mois de ramadhan prochain, a annoncé dimanche le conseiller au ministère, Miloud Triaa, qui s’exprimait sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne. Il s’agit de la viande rouge fraîche «Halal» conditionnée sous vide, importée principalement de l’Amérique du Sud, ajoute le responsable soulignant que le prix de vente au consommateur a été fixé à 1.200 dinars le kilogramme. Cette opération intervient juste après la décision prise récemment et qui consiste au plafonnement des prix de vente à 350 dinars le kilogramme, au niveau de l’Office national de l’aliment de bétail. «L’ONAB met en vente directement aux consommateurs de la volaille au prix plafond de 350 DA/kg sur ses 80 points de vente, ainsi que sur les 540 points de vente qui seront ouverts durant le ramadhan», indique-t-il. L’ONAB vise à «casser» les prix et principalement à réguler les prix de volaille qui connaissent une hausse «inexpliquée» depuis plusieurs jours, explique Triaa tout en rappelant que L’ONAB détient une part de marché d’au moins 15% pour la viande blanche, avec plus 10 mille tonnes/mois mises sur le marché. Au demeurant et afin de contribuer davantage à la régulation du marché, l’ONAB compte augmenter progressivement sa part de marché en renforçant notamment son rôle dans la fabrication et la commercialisation des aliments de bétail. Jeudi, le ministre de l’Agriculture a brandi «un dernier avertissement» aux acteurs activant dans cette filière pour baisser les prix. «Si les prix demeurent élevés, a-t-il ajouté, des mesures seront prises en coordination avec le ministère du Commerce et de la promotion des exportations et les services de sécurité». Les viandes seront importées de «certains pays d’Amérique latine et d’autres pays avec lesquels nous avons des relations fraternelles», a indiqué le ministre. Le ministre a exprimé son étonnement face à la hausse «rapide» du prix du poulet passé de 320 da/kg à plus de 400 da/kg, estimant que cette augmentation «est injustifiée et inacceptable, voire inhumaine». Le ministre parle directement de la spéculation qui touche le secteur où il a annoncé le lancement de concertations entre les différents intervenants pour une meilleure organisation de la filière. En décembre, le directeur général de l’Algérienne des viandes rouges «ALVIAR», Lamine Derradji, a indiqué que le ministère de l’agriculture avait donné un délai d’un mois pour contrôler les prix de la viande rouge avant de recourir aux importations, à compter de la mi-janvier prochaine en affirmant que recourir à l’importation de viande fraîche aurait pour objectif d’inonder le marché face à la spéculation, et que les prix ne dépasseraient pas 1.200 dinars le kilogramme. Mais la quantité des 20.000 tonnes ne peut en aucun cas inonder le marché surtout durant le mois de Ramadhan. 540 points de vente ne peuvent pas aussi couvrir les grandes villes. D’autres décisions devront être prises face à cette flambée, injustifiée» des viandes.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...

Prix compétitif du blé en 2024

Selon Maxime Raturat, analyste chez ...

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...