Accueil » Point de Vue » La Syrie est de retour !

La Syrie est de retour !

La Syrie est de retour !Après une longue absence, voilà la Syrie qui retrouve son siège dans la ligue des Etats arabes. Apparemment c’est un tournant décisif dans la longue marche d’une Ligue censée représenter presque un demi-milliard d’arabes et qui ne cesse de chercher le bon chemin menant à la réussite. Pourquoi la Syrie a-t-elle été virée de la Ligue et pourquoi est-elle retournée avec toutes ces fanfares médiques ? Il faudrait d’abord une surface plus spacieuse que celle-ci, afin de pouvoir tout raconter là-dessus ! C’est une histoire ayant commencé il y a 12 ans de ça, avec le déclenchement du «printemps arabe». A vrai dire, il y a d’autres pays qui ont été touchés de plein fouet par les insurrections populaires anti-pouvoir en place classés sous l’égide ou l’alibi du printemps arabe. La Tunisie, la Libye, l’Egypte, le Yémen, ainsi que l’Algérie et le Maroc à moindre degrés, ont été le théâtre de ces mouvements populaires sans qu’elles soient chassées de la Ligue. Le problème de la Syrie, c’est qu’elle était fâchée avec certains pays arabes en possession d’une influence au sein de la Ligue, avec un degré un peu plus fort que la norme. Apparemment, ils n’étaient pas d’accord de la façon avec laquelle le gouvernement syrien avait traité les événements qui ont secoué le pays. Ça, c’est l’apparence des choses, mais les vraies raisons restent inavouées au commun des mortels. Les relations entre régimes et États dans cette brûlante et mystérieuse région de la planète seraient dictées par des considérations plus complexes, difficile à en cerner les tenants et les aboutissants dans une chronique. Dans cette région, il y a «l’eau de vie» de toutes les économies du monde, notamment, l’économie Occidentale: le pétrole et le gaz. Il y a aussi Israël, la Turquie et l’Iran, trois puissances locales qui se disputent la main mise sous la houlette des puissances occidentales. La Chine et la Russie quant à elles, désirent ardemment et ce depuis leur retour solennel et agressif sur la scène internationale, à s’offrir une influence et un droit à un morceau du gâteau de la tarte «orientale» dans ce patelin, le plus chaud sur les plans climatiques que conflictuels et politiques. Pour s’en faire une idée juste et claire, Il faudrait d’abord dénouer cet enchevêtrement complexe des relations entre ces puissances et ces régimes, dont le plus apparent et le plus visible ne représente que le cinquième de ce qui se trame dans les coulisses loin de la curiosité des médias – en jouant au golfe, whisky et caviar au menu.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Corruption: Quel rôle pour la société civile ?

La meilleure des définitions que ...

Le Ramadhan: Un mois très dur pour les ménages

Au moment où le mois ...

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...