Accueil » CHRONIQUE » La retraite anticipée de nouveau sur le tapis !

La retraite anticipée de nouveau sur le tapis !

S’exprimant en marge d’une rencontre nationale avec les directeurs des agences locales de la CNR portant sur la numérisation, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale Fayçal Bentaleb a indiqué que l’augmentation des revenus de la Sécurité sociale a eu un impact positif sur les revenus de la Caisse, ce qui a permis, selon lui, de réduire le déficit financier auquel elle était confrontée. «La Caisse nationale de retraite devrait clôturer l’année 2023 avec un déficit financier de 380 milliards DA, contre 420 milliards de dinars algériens en 2022.» C’est ce qu’a annoncé, hier à Alger, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, qui a fait part d’un net recul par rapport aux années précédentes. «La stabilité financière de la Caisse est étroitement liée à l’efficacité de sa gestion et à l’augmentation du nombre d’entreprises affiliées», a-t-il soutenu, saluant au passage «l’engagement citoyen» des entreprises par le biais de la déclaration des travailleurs et de leurs salaires. Cependant, la question de la retraite anticipée reste toujours d’actualité. Lors d’une séance parlementaire dédiée aux questions orales en Algérie, le ministre de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, Fayçal Bentaleb, a répondu aux préoccupations des députés concernant la retraite anticipée. Il a expliqué que ce régime de retraite avait été établi dans des circonstances exceptionnelles et pour une période limitée. À l’heure actuelle, les conditions nécessaires pour bénéficier de cette retraite anticipée ne sont plus en vigueur. Le ministre a souligné que la retraite constituait l’un des piliers fondamentaux de la sécurité sociale, reposant sur trois principes essentiels : la contribution, la solidarité et la répartition. Ces principes visent à garantir des revenus pour les générations actuelles et futures. En ce qui concerne la possibilité d’acheter des cotisations pour les années restantes en échange d’un départ anticipé à la retraite avant l’âge légal, Bentaleb a expliqué que cette pratique allait à l’encontre des règles générales de la sécurité sociale. Elle ne se base pas sur les années de travail effectif, qui déterminent normalement le paiement des cotisations de sécurité sociale, mais plutôt sur des périodes telles que les congés maladie, les congés de maternité, et d’autres. Le ministre a annoncé que son département envisageait de mettre en place des mesures qui permettraient un départ anticipé à la retraite après 32 années de service, indépendamment de l’âge légal, contrairement à la pratique actuelle.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Femmes palestiniennes, les victimes invisibles

Dans la bande de Gaza, ...

Le gaz a bien chuté !

Le prix du gaz est ...

Pour un Ramadan sans hausse…

Le gouvernement prend plusieurs mesures ...

Le pétrole a bien «chauffé»

En 2024, le secteur pétrolier ...

Alger, la capitale mondiale du gaz

Selon un rapport de Shell ...