Accueil » CHRONIQUE » La priorité est à la proximité

La priorité est à la proximité

La priorité dans le développement est impérativement affectée aux affaires de proximité. Cela est, intimement lié aux intérêts directs du citoyen. L’on devra bien se rappeler que c’est dans l’intérêt du citoyen que l’Etat a été créé, avec tous ses interminables et complexes rouages. Toute recherche de bienêtre, tout confort rêvé, tout programme de développement est superflu, s’il n’a pas été conçu pour servir le citoyen… Seulement, dans les pays où l’inconscience citoyenne règne, où la dictature est maîtresse des lieux, ça serait l’inverse des choses qui va se produire ; le citoyen deviendrait par la force des choses et par la cause d’une chaîne de faits accomplis, un simple serviteur d’une caste d’oligarques s’étant injustement, par le sang et le feu, accaparé du pays…Ce n’est, heureusement, pas le cas de notre pays. Toutefois, il serait juste de rappeler que le développement local ou de proximité, de façon général en Algérie est très loin pour répondre aux attentes du citoyen. Je ne veux pas m’aventurer dans tous les créneaux du développement local… je vais me contenter d’aborder – seulement- la question de l’hygiène et de la propriété publique. Cette honteuse question pourrait à elle seule constituer une source de critiques exacerbées à l’égard de ce qu’on appelle les « autorités locales » c’est-à-dire, les responsables en charge des affaires locales…si un responsable échouait dans sa « cause » principale qui est de créer un paysage de propreté, pour lui et pour le citoyen, ce n’est sûr qu’il pourrait réussir dans les autres domaines du développement..Les « ptits »responsables hérités de la honteuse ère de l’avant Hirak sont toujours sur place, alors que leurs « hauts » responsables sont en prison, -pour être plus sincère- ont conservé les mêmes reflexes, la même sale mentalité et les mêmes filouteries…C’est à dire, qu’ils sont là, pour tous ce que vous voulez, sauf pour travailler et répondre à l’appel du devoir et de la conscience (existerait-elle déjà cette conscience ?)..Si un citoyen oranais ou un visiteur déambule dans la ville d’Oran, il ne devrait pas s’interroger ou s’exclamer, pourquoi les rues de la ville sont –elles si sales et les coins des grandes artères jonchés d’ordures, alors que nous sommes à deux mois des élections locales, c’est-à-dire, cette date où l’on va fêter en liesse le départ définitif de ces têtes maléfiques ayant fait trop de tort à cette ville qui ne mérite pas tout ce traitement et toutes ces rancunes …Pendant deux mandats illégaux, tous les services de la commune tournaient au strict minimum , sauf le jumelage avec la ville de Bordeaux !! Savez-vous pourquoi, et bien, je vais vous laisser deviner ça…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La France panique face à l’extrême droite

«On vit une période qui ...

Il ne reste plus rien à Ghaza !!

Il ne reste plus à ...

Est-il temps de réformer le Conseil de sécurité (ONU)?

A vrai dire, c’est tout ...

L’Aïd éclipse tous les autres sujets

C’est surtout.. Les prix du ...

BAC : Les épreuves de l’angoisse

C’est le passage obligé vers ...