Accueil » ACTUALITE » La polémique sur l’immigration prend de l’ampleur. Les Algériens de France de nouveau ciblés

La polémique sur l’immigration prend de l’ampleur. Les Algériens de France de nouveau ciblés

L’Elysée d’Emmanuel Macron accentue la pression et pousse le bouchon plus loin. Il remet, des tiroirs, le vieux dossier de l’immigration, une façon de relancer la polémique et de faire en sorte que les Algériens de France soient ciblés. Depuis la visite historique et stratégique en Russie du président de la République, Abdelmajid Tebboune, l’Occident, particulièrement la France, est en ébullition. La visite réussie du Chef d’Etat algérien dans un pays contre lequel l’Ukraine est entrée en conflit, a divisé les observateurs politiques internationaux et redistribué les cartes de l’Union européenne qui court toujours après ses réserves énergétiques, le gaz en premier. Le rapprochement renforcé de l’Algérie avec la Fédération de Russie a non seulement fait des jaloux mais a fait déverser le venin des ennemis de l’Algérie qui observent, malgré eux, le leadership de l’Algérie sur l’échiquier arabe, africain et sa place reconquise sur le plan international, ce qui fait d’elle, un partenaire de médiation solide et de plus en plus sollicité afin de résoudre les conflits et les tensions dans le monde. Le «feuilleton» de l’immigration que tente de remettre en selle Paris, n’est une pâle imitation de ce que font périodiquement les puissances sur leurs anciennes colonies. Un dossier qui ne cesse donc de prendre de l’ampleur dans une France déjà suffisamment ébranlée et rangée par des maux sociaux et des problèmes économiques immenses, en ce sens que les opinions divergent quant à la réelle utilité d’une loi régulant le flux d’étrangers entrant. Il est vrai que l’immigration est en hausse en France depuis plusieurs années mais les observateurs ne voient pas pour autant l’utilité de déterrer et réviser un Accord vieux de plus de 60 ans et qu’aucun gouvernement de la République française n’avait jusqu’ici modifié ou abrogé. Catégorique, le Parti des Républicains demande moins d’immigrants sur le sol français. À la surprise générale, le ministre du Travail français, lui, affiche une opinion relativement favorable à l’immigration. Grâce à l’affluent important d’immigrants, certains secteurs délaissés des travailleurs français ont pu être revitalisés. Tel a été l’argument prôné par Olivier Dussopt, invité ce dimanche sur le plateau d’une radio française. Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a souligné, dimanche à Radio J, que certains secteurs professionnels en France «ne fonctionneraient pas» sans l’immigration. Dans le secteur des services tels que les métiers de commis de cuisine ou de femmes de ménage, «il y a 25% de travailleurs étrangers non communautaires», comparé à une moyenne nationale d’environ 3%, a-t-il déclaré. «Il faut faire face à la réalité (…). Ces métiers n’existeraient pas sans eux (…). Dans un certain nombre de secteurs professionnels, notre pays ne fonctionnerait pas sans immigration», a-t-il insisté. L’un des objectifs du projet de loi sur l’immigration serait de régulariser les travailleurs sans papiers qui sont déjà employés dans des métiers en manque de main-d’œuvre tels que l’hébergement-restauration, la santé ou le BTP. «Il y a des hommes et des femmes qui travaillent depuis des années avec un contrat de travail légal dans de nombreux restaurants à Paris, mais leur situation personnelle est irrégulière», a-t-il souligné. Néanmoins, les droitistes refusent catégoriquement de discuter de ce point et s’opposent à une quelconque régularisation de statuts pour les immigrants clandestins. «Si dans quelques semaines, nous constatons qu’il n’y a pas de compromis possible, il faudra décider si nous présentons notre réforme ou si nous en restons là, sans texte», a-t-il déclaré. Dussopt n’est pas le seul politicien à être intervenu publiquement sur le dossier de l’immigration, l’ex-ministre de l’Éducation français, François Bayrou, a exprimé, dimanche passé, son opinion sur le sujet. Sur le plateau de CNews, l’ancien officiel du Gouvernement français a affirmé que concentrer l’ensemble du problème sur la communauté algérienne est une erreur. «Les problèmes viennent de l’intérieur, parce que depuis 30 ans, nous n’avons pas redressé l’éducation nationale, la production, ni trouvé un contrat social durable», indique-t-il sur son compte Twitter. Selon Bayrou, la relation établie entre les problèmes rencontrés par la France et l’Algérie est largement discutable.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Projet de réalisation d’une zone franche et d’une route Tindouf-Zouerate. Algérie-Mauritanie: Nouvelle étape historique

L’Algérie tient à renforcer sa ...

Etude de réhabilitation du Marché de la Bastille. Un projet estimé à plus de 60 milliards de centimes

Le marché populaire des fruits, ...

Ras Al Ain. «800 autres familles seront relogées, ce qui porte le total à 2.100»

Après le report décidé en ...

Le wali d’Oran lors de Journée nationale du Chahid : «Les martyrs de la Révolution une «référence» pour la résistance palestinienne»

Les réactions en cascade des ...

Cessez-le-feu immédiat à Gaza. Le travail colossal de l’Algérie à l’ONU

Près de 30.000 personnes sont ...