Accueil » ORAN » La pluie manque cruellement à Oran en ce janvier. Faut-il appréhender des pénuries d’eau en 2023?

La pluie manque cruellement à Oran en ce janvier. Faut-il appréhender des pénuries d’eau en 2023?

Le climat d’Oran d’habitude tempéré en hiver enregistre paradoxalement une «très faible» pluviométrie en ce janvier 2023 contrairement aux mêmes périodes des années précédentes. De quoi, en fait, laisser perplexes et sceptiques plus d’un parmi la population locale alors que de fortes pluviométries et parfois de la neige sont enregistrées à l’Est et au Centre du pays. Ainsi, ménages et agriculteurs appréhendent le manque d’eau. La persistance du manque d’eau dans certaines régions de la wilaya d’Oran ajouté aux coupures et au rationnement de l’utilisation de l’eau a fait ses siennes en 2022. Il est admis que la sécheresse constitue un risque potentiellement sérieux pour les pénuries d’eau. Durant l’année écoulée, les riverains de certaines communes ont dû faire face à un manque d’eau dans la mesure où l’eau y coulait par intermittence ce qui avait incité les ménages concernés à recourir aux services des vendeurs d’eau. Cette fois, les ménages et les agriculteurs notamment se serrent la gorge car craignant à tout moment un risque de manque d’eau ou des pénuries. Ce janvier 2023 s’annonce plutôt morose et inquiétant pour les grands utilisateurs de l’eau tel les industries, les usines, l’agriculture, les collectivités locales et les établissements. Faut-il craindre des pénuries d’eau en 2023? Telle est la question principale qui revient comme une certaine litanie sur les lèvres de la population, cela même si les services de la Séor rassurent régulièrement quant à l’abondance du liquide précieux dans les robinets, ajouté au précieux service rendu par le dessalement dans la deuxième ville d’Algérie. Les pouvoirs publics en Algérie ont appelé à maintes reprises à une meilleure gestion de l’eau. Et les rapports de l’ONU ont mis en garde contre le risque de pénuries d’eau qui pourraient survenir dans les années à venir dans le monde. Quelles solutions pour éviter le spectre des pénuries ? La wilaya d’Oran est suffisamment dotée d’infrastructures et de stations de dessalement de l’eau de mer. Elle sera pourvue d’une 5ème station en principe dès 2024 ce qui la mettra définitivement, selon moult spécialistes, en sécurité hydrique et à l’abri du stress hydrique. Avec l’entrée en service de cette station dont la production est estimée à 300.000 mètres cubes/j, le problème des ressources hydriques sera résolu. Le secteur devait également enregistrer en juin dernier, la reprise de service de la station de Macta avec un régime de production de 380.000 mètres cubes -j. Ainsi donc, théoriquement, la capitale de l’ouest ne devrait pas avoir des pénuries si l’on en juge par les capacités d’injonction totales par les stations de dessalement même s’il est quasiment prouvé que les pluviométries et leur corollaire les eaux souterraines constituent une autre alternative pour renforcer l’alimentation.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ouverture d’agences bancaires à l’étranger. Un soutien financier prometteur

C’est quasiment l’un des chevaux ...

Après les perturbations d’approvisionnement en huile. ça commence à «re-flamber» au marché des légumes

Les spéculateurs de tous bords ...

Recouvrements douaniers en 2022. Près de 1150 milliards de DA de taxes et droits

Une année 2022 riche et ...

Pour opérer le changement escompté par les opérateurs économiques. Appel à la révision du Code des Douanes

Comment l’administration douanière compte-t-elle aider ...

Les parents d’élèves qualifient la décision du Président de «courageuse». Le wali remet les décisions d’intégration à 3.376 enseignants contractuels

En application des instructions du ...