Accueil » ORAN » La pionnière du syndicalisme féminin oranais Keltoum Abderahmane n’est plus. Décédée le jour de la création de l’UGTA

La pionnière du syndicalisme féminin oranais Keltoum Abderahmane n’est plus. Décédée le jour de la création de l’UGTA

Un pilier du militantisme et du syndicalisme lo-cal s’en va. Abderahmane Keltoum la doyenne des femmes syndicalistes de la wilaya d’Oran également chargée des questions de la femme au bureau de la wilaya d’Oran de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), s’est éteinte samedi 24 février à minuit soit en pleine célébration de l’anniversaire de la création de l’UGTA en 1956, par la direction du FLN, une date jalon majeur dans l’histoire du mouvement ouvrier algérien depuis l’indépendance ce qui fait de la disparition de la défunte une date désormais marquante. Qui est-elle ? Quelles sont les vertus encore enfouies de cette syndicaliste hors pair de la première heure? Keltoum Abderhmane a commencé dès son jeune âge à militer en faveur des droits de la femme dans les cellules de la femme au parti du Front de libération nationale et a participé à toutes les joutes électorales. L’occasion de son mandatement à plusieurs reprises dans plusieurs services névralgiques de la commune d’Oran, sous la houlette de plusieurs maires, lui a imposé le devoir de mobiliser la couche ouvrière et la classe moyenne et contribuer à la sensibilisation citoyenne et des oranaises autour des acquis de la république, versant sans relâche et ne ménageant aucune force pour la cause des travailleurs de cette commune. Keltoum Abderahmane s’est versée dès les premières années de sa jeunesse dans le militantisme syndical féminin. Elle capitalise au moins 05 mandats à l’APC d’Oran dans plusieurs services, également membre de la Commission exécutive de la Fédération nationale des travailleurs de l’administration et des collectivités locales, elle a également contribué de 2002 à 2006 à la formation lors des séminaires et d’ateliers, des femmes syndicalistes. Ses collègues et amis du l’UGTA d’Oran retiennent d’elle comme étant une femme engagée et entièrement dévouée pour la cause des travailleurs et pour les femmes en particulier. Sa maladie ne l’a pas pour autant empêché de continuer à servir, à se mobiliser. Ses collègues de la Fédération et du bureau de l’UGTA d’Oran disent que c’est une «grande perte» pour le mouvement syndical local et national.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

agression sioniste contre Ghaza depuis le 07 octobre dernier. 10.000 femmes martyres déjà

Il semble que le sort ...

Le commerce pendant les fêtes religieuses à Oran. «On se croirait en temps de la grève des 08 jours»

Oran une ville morte pendant ...

Nouveau classement des compagnies aériennes africaines. Air Algérie déloge la RAM

Air Algérie est sur le ...

Modalités d’octroi de l’allocation chômage. Le démenti de la Présidence

La Présidence algérienne dément les ...

Les États-Unis envoient des renforts au Moyen-Orient face aux menaces de l’Iran. Crainte d’une grave escalade

L’Iran menace de «punir» Israël ...