Accueil » Point de Vue » La Harga continue de plus belle

La Harga continue de plus belle

Pour certains jeunes en plein désespoir la harga ne constitue pas la meilleure solution, mais la plus impérative des solutions.. Il y a tout un courant social qui croit dur comme fer qu’aucune solution ne saurait se substituer à la migration clandestine et illégale comme moyen de salut, en vue de se tirer d’affaire. Afin de comprendre profondément le phénomène de la harga, il faudrait consacrer des études et des recherches psychosociologiques dans ce sens. L’approche rendue disponible par les médias ne saurait à elle seule expliquer cette fiévreuse tendance à rejoindre, à tout prix, l’autre rive de la grande bleue, quitte à s’exposer à tous les dangers mortels. Pourtant, pas mal d’informations en provenance des pays «hôtes», affirmant que la situation des migrants ayant réussi à mettre le pied sur le sol d’un de ces pays destinataires n’est pas toujours aussi meilleure que dans les pays expéditeurs répugnés. Dans les pays d’accueil, les migrants en détresse constituent une main-d’œuvre à vil prix, précisément dans les secteurs de l’agriculture et des BTP. Les réseaux de passeurs et leurs compères font des affaires juteuses, avec la harga. D’autres part, des vidéos Youtube authentiques montrent comment l‘immigration n’a pas était aussi douce qu’on l’envisageait. Les gouvernements européens des pays d’accueil ne seraient plus dans la capacité de supporter ces flux incessants de migrants clandestins. L’unique solution, c’est de les regrouper dans des sortes de «réserves» en mettant à leur disposition une prise en charge constituant un minimum de services, notamment sanitaires. Les sociétés civiles occidentales sont gravement scindées sur la façon de traiter la question des migrants clandestins. Il y a ceux qui croient sincèrement, aux droits de l’Homme et à la fraternité de la race humaine..Ces derniers militent pour l’intégration de ces immigrés au sein de leurs sociétés, avec tous les droits et les devoirs normalement intrinsèques aux citoyens de souche. Un autre courant, également politique qui est diamétralement en opposition par rapport au précédent. Ce dernier milite, également avec fermeté, dans le sens contraire, exigeant le rapatriement des migrants, avec bien sûr des préférences, entre un migrant européen et d’autres en provenance du Maghreb ou de l’Afrique noir. Ce courant xénophobe se justifie par le fait que ces populations de migrants une fois qu’ils auraient atteint un taux relativement haut, pourraient influencer, dans un sens négatif, les valeurs civilisationnelles et morales des sociétés occidentales. Là, il faudrait sous-entendre une peur obsessionnelle d’une islamisation de l’Occident.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’hypocrisie historique du Conseil de sécurité

Selon le concept machiavélique de ...

Le top de la formation dans l’Institution militaire

Depuis l’adoption de l’option visant ...

Le 16 avril: Jour de la science… tout un symbole

Les Algériens avaient choisi le ...

Le Proche-Orient sur une poudrière

Dès le 07 octobre dernier, ...

Israël est désormais vulnérable!

A vrai dire, la vulnérabilité ...