Accueil » Sbah Rabbi » La fraude, un mal plus profond qu’on ne le croi

La fraude, un mal plus profond qu’on ne le croi

Couper l’accès à Internet durant les épreuves du Bac revient à accepter l’idée de contourner la fraude par l’interdit, la punition. Le prix fort payé par les usagers n’a jamais été calculé et les désagréments causés sont le signe d’un manque d’intelligence de la part des porteurs de cette mesure qui ne rime à rien. La véritable question qu’il y a lieu de se poser, c’est pourquoi nos enfants sont-ils tentés par la fraude au Bac et qu’y a-t-il lieu d’investir pour y faire face ? Il est généralement admis que le Bac ou tout autre examen ne se prépare plus et depuis de nombreuses années, dans les institutions publiques malgré les investissements faramineux que l’Etat consent pour faire accéder tout le monde à l’instruction. En dehors des institutions privées d’enseignement, le Bac se prépare dans des appartements et autres hangars sous la conduite surtout des enseignants du secteur de l’Education nationale. Un marché porteur s’est dessiné et les cours sont loin d’être abordables pour tout le monde, l’exclusion d’une grande partie d’élèves est un fait grave. En classe, on s’amuse, on se défoule, on fait du bruit. L’enseignant utilise sa fonction pour faire du marketing à son garage. Croulant sous le poids du nombre, certain utilisent même des micros pour se faire entendre. Autre fait saillant et dès que les épreuves commencent à circuler, les sujets du lendemain s’avérent parfois ceux qui seront proposés aux élèves. Alors suffit-il de couper Internet et repartir avec la conscience tranquille pour que la fraude soit contournée ? Suffit-il de réprimer la fraude pour que le phénomène disparaisse ? Que fera-t-on alors de la fraude fiscale qui se compte par milliards malgré l’informatisation de l’administration fiscale ? Mais c’est là, une autre question dérangeante. Nous y reviendrons.

À propos Ahmed Saifi Benziane

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le professeur s’est éteint le 05 octobre. Aziz Tadjeddine plus grand que grand

Le professeur Tadjeddine Abdelaziz, «Aziz» ...

Mettre de l’eau dans son vin

Désormais, coutumière des échecs politiques ...

Une vraie télé

Voilà bientôt deux années que ...

Les élèves sont-ils heureux ?

Une fois de plus la ...

Entêtement ou calculs politiques

Pas moins de 60 pays ...