Accueil » MONDE » La France «non grata» dans la Patrie des Hommes intègres

La France «non grata» dans la Patrie des Hommes intègres

Citée par l’Agence France Presse, une source proche du gouvernement burkinabè confirme une information diffusée, hier, par l’Agence d’information du Burkina Faso, affirmant que le gouvernement burkinabè a demandé cette semaine le départ des troupes françaises de son sol dans un délai d’un mois. Pas de confirmation officielle, pour l’heure. Pas davantage de réaction de la part des autorités françaises. Mais étant rappelé que 400 soldats français des Forces spéciales stationnent sur le territoire du Burkina Faso, Le Journal du Dimanche, se référant à la télévision d’Etat, «hier soir» à Ouagadougou, assure que le gouvernement du Burkina Faso «exige le départ des troupes françaises déployées sur son sol dans un délai d’un mois». Le JDD remarque également que «cette décision survient alors que le sentiment antifrançais et prorusse s’est renforcé ces derniers mois dans le pays». En Afrique, encore, Marine Le Pen a été reçue cette semaine, à Dakar, par le président sénégalais. Audience accordée par Macky Sall à la cheffe de l’extrême-droite française, et qui a été révélée, avant-hier, par le site de l’hebdomadaire Le Point. À ce magazine, Marine Le Pen dit du président sénégalais que c’est «un homme charmant». Cette audience était «en discussions depuis plusieurs années, et en préparation depuis plusieurs mois», signale Le Point. À Dakar, le journal 24 Heures estime «irréfutable» que pour l’opinion publique africaine et beaucoup de Sénégalais, la visite de Marine Le Pen au pays de la Téranga est «une insulte à l’intelligence». Les retraites, en France, et le semblant d’ouverture concédé par gouvernement en direction des opposants à la réforme. «On n’est pas condamné au bras de fer», déclare, dans un entretien au Parisien Dimanche, le ministre des Comptes publics. Gabriel Attal y assure que l’exécutif est prêt «à enrichir la réforme des retraites avec l’apport de tous». Signe d’ouverture? Comme élément de contexte, à signaler les plumes laissées dans l’opinion par le président de la République, après le succès de la mobilisation intersyndicale contre la réforme des retraites. La cote de popularité du président accuse le coup. Selon un sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche, 65% des Français, en cette fin janvier, se disent mécontents de l’action du chef de l’État, soit 3 points de plus qu’en décembre, contre 34% qui s’en déclarent satisfaits, soit 2 points de moins que le mois dernier. C’est «le plus bas niveau de popularité (du président) depuis février 2020, c’est-à-dire juste avant le premier confinement», pointe Le JDD. Dans le détail, Emmanuel Macron « se trouve maintenant minoritaire dans toutes les catégories, sans exception». Et le président «dévisse de 10 points chez les 25-34 ans». Comme le souligne cet hebdomadaire, «si la question du pouvoir d’achat préoccupe toujours les Français, c’est la réforme des retraites qui domine leurs propos». Otages français en Iran… Menaces contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo… La pression monte entre Paris et Téhéran. À la tête du régime iranien, l’inflexible guide suprême Ali Khamenei. Portrait de Une de ce «messager de Dieu sur Terre» brossé par Le Point. «En tant que guide suprême de la Révolution islamique, ce clerc reconnaissable à son turban noir de descendant du Prophète (…) n’est autre que le représentant du douzième imam chiite «occulté» sur terre, autrement dit le messager de Dieu ici-bas. À ce titre, le rahbar (guide) ne rend de comptes à personne et n’accorde jamais aucun entretien, souligne cet hebdomadaire. Désigné à vie à la tête de l’État iranien, l’homme que les services occidentaux de renseignement ont maintes fois dit mourant a survécu à un cancer de la prostate diagnostiqué en 2014. À 84 ans, le plus ancien dirigeant du Moyen-Orient paraît indétrônable. Que ce soit face aux bombes – il a survécu à un attentat qui lui a coûté le bras droit – ou aux innombrables crises qu’a traversées la République islamique, où il règne d’une main de fer depuis trente-quatre ans». Cette longévité au pouvoir de l’ayatollah Khamenei s’explique par les pouvoirs considérables qu’il détient, souligne Le Point.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

2ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites en France. L’exécutif en opération colmatage

Après une deuxième journée de ...

Législatives en Tunisie. Très faible participation et nouveau désaveu pour le président

Très peu de Tunisiens et ...

Giorgia Meloni en Libye pour signer un méga-contrat gazier

L’Italie, comme les autres pays ...

Barrage de la Renaissance. Le Soudan en accord «sur tous les points» avec l’Éthiopie

Le Premier ministre éthiopien Abiy ...

Relations avec la France. Le Burkina Faso s’inspire-t-il du Mali?

Le porte-parole du gouvernement du ...