Accueil » ACTUALITE » La France apporte son soutien au plan d’intervention de la CEDEAO. L’Algérie met en garde

La France apporte son soutien au plan d’intervention de la CEDEAO. L’Algérie met en garde

Synthèse de B. L.

La pression de la communauté internationale s’accentuait samedi sur les putschistes qui ont pris le pouvoir au Niger, à la veille de la fin d’un ultimatum du bloc ouest-africain (Cedeao) qui s’est dit prêt à intervenir militairement, tandis que les Etats-Unis ont annoncé la suspension de certaines aides. Vendredi, les chefs d’état-major de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ont défini les contours d’une éventuelle intervention militaire contre la junte nigérienne. «Tous les éléments d’une éventuelle intervention ont été élaborés lors de cette réunion, y compris les ressources nécessaires, mais aussi la manière et le moment où nous allons déployer la force», a déclaré le commissaire chargé des Affaires politiques et de la Sécurité, Abdel-Fatau Musah, à l’issue d’une réunion à Abuja. Le 30 juillet, quatre jours après le coup d’Etat qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum, la CEDEAO avait donné un ultimatum de 07 jours aux putschistes, soit jusqu’à dimanche soir, pour le rétablir dans ses fonctions, sous peine d’utiliser la force. D’autres pays ouest-africains, le Mali et le Burkina, gouvernés par des militaires putschistes et suspendus des instances de la Cedeao, ont prévenu qu’ils seraient solidaires du Niger et que toute intervention militaire serait considérée comme « une déclaration de guerre » à leur encontre. Le Tchad, importante puissance militaire africaine et pays voisin du Niger a d’ores et déjà indiqué qu’il ne participerait à aucune intervention. Si plusieurs chancelleries occidentales ont également prôné le dialogue, notamment l’Allemagne qui a appelé à poursuivre les « efforts de médiation », la possibilité d’une intervention n’est pas écartée. A Niamey, plusieurs manifestations rassemblant tantôt des centaines tantôt des milliers de pro-putschistes, ont eu lieu ces derniers jours. «Le Niger sera le tombeau de la Cedeao des chefs d’Etat au profit de la Cedeao des peuples», déclarait vendredi devant environ 200 étudiants le secrétaire général de l’Union des scolaires nigériens, Bakin Batoure Almoustapha, en appelant les étudiants à soutenir sans réserve les putschistes. Les putschistes ont dénoncé jeudi soir des accords de coopération dans le domaine de la sécurité et de la défense avec la France, qui déploie au Niger un contingent militaire de 1.500 soldats pour la lutte antiterroriste. Pour sa part, l’Algérie réitère son «profond attachement» au retour à l’ordre constitutionnel au Niger et son «soutien» à M. Mohamed Bazoum comme «Président légitime», tout en mettant en garde contre les intentions d’intervention militaire étrangère, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger. «L’Algérie renouvelle son profond attachement au retour à l’ordre constitutionnel au Niger et au respect des exigences de l’Etat de droit. Dans cet esprit, le gouvernement algérien réaffirme son soutien à Monsieur Mohamed Bazoum comme Président légitime de la République du Niger», note la même source. «Le retour à l’ordre constitutionnel doit impérativement s’accomplir par des moyens pacifiques qui éviteront au Niger frère et à l’ensemble de la région un surcroît d’insécurité et d’instabilité et à nos peuples un surcroît d’adversité et d’épreuve», précise la même source. «En conséquence, l’Algérie met en garde et appelle à la prudence et à la retenue face aux intentions d’interventions militaires étrangères qui sont, malheureusement, considérées comme des options envisageables et utilisables alors qu’elles ne sont que des facteurs de complication et d’aggravation de la crise actuelle», conclut le communiqué.

À propos B.L

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Bénéficiaires de l’allocation chômage. L’ANEM révolutionne son système

A l’ère du numérique, aucune ...

Les bombes pleuvent toujours sur la population de Ghaza. 18.000 morts et près de 50.000 blessés

Par Synthèse de B. L. ...

A l’invitation du Directeur général de la société. Le wali d’Oran en visite à l’usine Renault

A l’invitation du Directeur général ...

Sécurisation des frontières et préservation de la souveraineté nationale. L’ANP, un rempart solide et efficace

Les efforts de l’ANP en ...

Plus de 2.500 migrants morts ou disparus en 2023 selon l’ONU. Une Méditerranée périlleuse pour les harraga !

  Les traversées illégales par ...