Accueil » CHRONIQUE » La drogue, une arme à destruction !

La drogue, une arme à destruction !

Les services des douanes ont procédé, en 2021, à la saisie de plus de 1,4 million de comprimés psychotropes, a révélé dimanche à Alger le directeur de la législation, de la réglementation et des systèmes douaniers à la Direction générale des douanes, Adel Habsa. Dans un entretien accordé à la Chaîne 1 de la radio algérienne, Habsa a fait savoir que les agents des douanes ont effectué, en 2021, plus de 1.200 opérations en coordination avec les services de sécurité, en vue de mettre un terme aux opérations de contrebande aux frontières. Des chiffres qui font peur et confirment que ce «poison» serait bien ancré dans notre société. En début de l’année, l’Office national de lutte et de répression contre la drogue avait annoncé la saisie de 3 110 379 comprimés de substances psychotropes de différentes marques, 193 flacons de solutions psychotropes et 29 545 saisies durant les six premiers mois de l’année écoulée. A Oran par exemple, pas moins de 607,871 kg de résine de cannabis, 489.602 comprimés de psychotropes et plus de 2 kg de cocaïne ont été saisis, en 2020, par les services de la Sûreté de wilaya d’Oran, avait indiqué le chef de sûreté de wilaya, le contrôleur de police Douissi Djillali. Pas moins de 1.435 affaires de trafic de stupéfiants ont été traitées sur les 1.436 affaires enregistrées par les services de la sûreté de wilaya, soit un taux de 99,93%, a précisé M. Douissi, lors de la présentation du bilan annuel 2020 des activités de ce corps de sécurité, signalant l’arrestation de 1.959 suspects de sexe masculin, 18 autres de sexe féminin et 12 étrangers. L’année 2019 a vu la saisie de 465,826 kilos de résine de cannabis, 110.052 comprimés de psychotrope et 5.377,71 grammes de cocaïne. C’est aussi un commerce juteux pour certains «gros» dealers. Il est clair que des mafias contrôlent le marché de la drogue. Ces mafias profitent de la «détresse et de l’«anxiété» de notre jeunesse. D’ailleurs, on communique très mal sur les drogues en Algérie. Souvent les parents ne savent pas comment faire lorsqu’ils découvrent que leur enfant est sous l’effet d’une drogue. Or, le trafic de drogue peut avoir des effets directs sur la jouissance des droits de l’Homme, tel que le droit et l’accès à la santé. Il affecte également le développement socioéconomique et l’épanouissement des individus dans une société donnée, comme le souligne un rapport en 2016 de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l’Homme (CNCPPDH) – Algérie. A l’époque, l’organisme indique: «à travers ses publications et ses communications, la Commission Nationale plaide en faveur de l’adoption, par les pouvoirs publics, d’une nouvelle vision en matière de lutte contre la drogue et la toxicomanie, vu que la population cible/à risque est constituée majoritairement de jeunes ». La drogue est aussi une arme destructrice de toute Nation.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pièces détachées autos, le puzzle !

Dans un communiqué publié ce ...

L’OPEP optimiste face aux incertitudes!

Mardi, les prix du pétrole ...

Le Covid qui intrigue toujours !

Selon une étude sur la ...

La chute du blé, une aubaine pour l’Algérie!

Suite à une baisse des ...

L’Algérie à l’heure de la transition énergétique

L’Algérie possède un potentiel considérable ...