Accueil » CHRONIQUE » La diplomatie algérienne: des principes constants

La diplomatie algérienne: des principes constants

La naissance d’une diplomatie algérienne ne datait pas, en effet, du début de l’indépendance du pays et de l’émergence de l’Etat algérien, mais au cours de la grande et glorieuse guerre de libération, le commandement de la révolution avaient vu juste de mettre en place «un corps diplomatique» dont la principale mission était de plaider pour la cause algérienne auprès des autres nations et des instances internationales. Il n’y avait pas encore d’ambassadeurs accrédités, toutefois, il existait un corps de représentants de la révolution accrédités auprès de certaines capitales du monde. C’était, avant l’installation du premier et du second GPRA, pendant lesquelles, l’on s’était doté d’un ministère des Affaires étrangères. Après l’indépendance, l’Algérie fraîchement libéré, du joug d’un système colonial des plus funestes, avait opté pour une panoplie de principes sur lesquelles elle va ériger sa diplomatie et ses affaires étrangères… D’abord, la priorité a été donnée au soutien sans condition aux causes justes, là où elles se trouvaient, dans le monde entier. Ensuite, vint un autre principe immuable, celui de ne pas mettre le nez dans les affaires intérieures des autres pays. C’était une diplomatie à succès en série. Qui n’a pas entendu parler des prouesses remportées par sa diplomatie, notamment dans les années 70 et 80… Déjà, dix ans passés son indépendance, l’Algérie faisait parler d’elle dans le monde entier. Pis encore, elle commençait à faire peur à certains pays qui ne la gobaient pas. Par son accent direct, par sa franchise diplomatique qui pourrait porter atteinte aux intérêts vitaux de certains pays de la planète, elle s’était faite pas mal d’ennemis et c’était logique. L’Algérie était un des rares pays à cette époque de l’histoire du monde, à avoir franchement, réclamé un nouvel ordre mondial, basé sur la justice, le droit et l’égalité entre les races de l’espèce humaine, entre un monde civilisé, hyper puissant et un autre faible et en voie de développement, entre un Nord hégémonique et un Sud passivement soumis et exploité … Selon, les termes et les expressions en vogue à cette époque. Vient, la décennie noire, la diplomatie va connaître quelques revers, voire un recul …Le pays était en train de panser ses blessures, à cause de l’émergence violente du terrorisme qui a brusquement embrasé et endeuillé le pays, pendant une dizaine d’années. Il n’y avait pas donc, assez de temps et d’énergie pour renouer avec ses beaux jours sur la scène internationale… la réconciliation entre l’Iran du Chah et l’Irak, l’affaire de l’ambassade américaine à Téhéran, pendant la révolution de Khomeiny, entre autres.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La sécurité sanitaire 2025-2030

La sécurité sanitaire pourrait avoir ...

Le dessalement: une option stratégique

Face à l’indisponibilité de l’eau, ...

2027, serait-elle, l’année de l’émergence?

C’est une thèse qui n’est ...

Les vents des présidentiels

A cinq mois des élections ...

L’Etat des investissements en Algérie

Avant de penser à donner ...