Accueil » ACTUALITE » La Covid-19 continue de faire des victimes face au laxisme des citoyens. Le bilan s’alourdit !

La Covid-19 continue de faire des victimes face au laxisme des citoyens. Le bilan s’alourdit !

La Covid-19 sévit de plus belle au moment où l’indifférence et le laxisme règnent au quotidien. En dépit du fait que 13 wilayas n’ont recensé aucun cas durant les dernières 24 heures, 24 autres ont enregistré de 01 à 09 cas, alors que 11 autres ont connu plus de 10 cas. Les hôpitaux sont pleins à craquer. Le total des cas confirmés de Coronavirus s’élève ainsi à 140.075 dont 449 cas durant les dernières 24 heures, celui des décès à 3.726 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 97.380 cas, précise le communiqué. Par contre, les nouvelles estimations tablent sur 449 nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19), 291 guérisons et 10 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie, a annoncé jeudi le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière dans un communiqué. De leurs côtés, les spécialistes tirent la sonnette d’alarme. Le virus est omniprésent. La guerre n’est pas encore finie. La prudence est de mise. Reda Malek Hamid, chef de service de réanimation à Alger, s’inquiète de la situation sanitaire et tire la sonnette d’alarme. Il considère que les autorités sanitaires sont en deçà des exigences du moment dans une vidéo qu’il a diffusée sur la toile. Il n’ose pas dire qu’il s’agit du nouveau variant mais on comprend qu’à travers ses propos, c’est de cela qu’il s’agit et qu’en même temps, les chiffres officiels annoncés ne le rassurent pas en rapport des échos qu’il reçoit de ses confrères. Dans son cri de désespoir, il alerte les pouvoirs publics sur les insuffisances des lits de réanimation et des malades en attente, de la rapidité des infections et surtout, il craint l’invasion de la troisième vague. Les avis diffèrent d’un spécialiste à un autre. D’aucuns avancent qu’on est plutôt dans la quatrième vague de ce virus qui risque d’être plus cruel. Les besoins des citoyens les plus urgents sont d’ordre de santé, de lutte contre la pandémie, de prise en charge hospitalière, de protection des plus vulnérables, de prévention et de mobilisation des énergies et non en dépenses futiles et de luxe! Il s’agit de choix stratégiques au moment où tous les voyants sont au rouge et la population en attente de réponses concrètes, estiment nos interlocuteurs. Une autre alerte est signalée par le professeur Kamel Senhadji qui plaide pour la nécessité d’accélérer le rythme de la vaccination pour éviter la troisième vague de Coronavirus, ainsi que pour atteindre l’immunité collective et contrer la pandémie du Covid. Lors de sa prestation télévisée sur la chaîne privée Echourouk TV, le professeur Kamel Senhadji, directeur de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, a écarté un éventuel durcissement des mesures de confinement après s’être exprimé ouvertement et non sans ambages sur le risque de la recrudescence de la pandémie du coronavirus constatée ces derniers jours en Algérie. Pourtant, la réalité est tout autre puisque ceci est caractérisé par un non respect total du protocole sanitaire, distanciation sociale et non port du masque dans toute la capitale, les marchés, les restaurants, les transports, les trains, les plages, les complexes touristiques pour ne citer que ceux-là alors que selon un constat de visu, les hôpitaux sont surchargés et sont pleins à craquer par de nouveaux malades contaminés. Face à la flambée des cas de Covid-19 en Algérie, le Pr Riad Mahyaoui, membre du comité scientifique, tire la sonnette d’alarme et lance un appel à la mobilisation générale. Pour lui, la situation est grave car il existe une tendance haussière. Pour la journée de ce mercredi dernier, avance-t-il, on a frôlé les 400 cas positifs en 24 heures. Le bilan continue de monter et on ne sait pas quand cela va s’arrêter. La sonnette d’alarme doit être tirée. Il faut une prise de conscience de cette situation qui est en train de s’aggraver, rétorque-t-il dans cet entretien au Site TSA. Les Algériens ont abandonné les mesures barrières, ce qui est qualifié par l’interviewé de TSA d’une espèce de lassitude, d’un ras-le-bol, et les gens sont fatigués et surmenés psychologiquement. Ce qui fait qu’on a tendance à se laisser aller et à oublier que l’épidémie est encore là. Malheureusement, on ignore à quel moment on sera contaminé, et que si on est contaminé, ça risque d’être grave même pour un sujet jeune. Pour ce qui est du relâchement sans que les autorités concernées ne réagissent, il avance qu’il s’agit d’une responsabilité individuelle et collective, et chaque secteur doit faire son travail. Le commerce, le tourisme, la santé, les transports… «C’est une affaire multisectorielle, c’est l’affaire de tous, de ne pas laisser les choses s’aggraver», conclut-il.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Présidentielle du 7 septembre. 26 postulants ont retiré les formulaires de souscription

Les postulants à la course ...

Présidentielles anticipées. Bengrina sur les traces du FLN?

L’ex membre du CNT, l’ex ...

Élections présidentielles de septembre 2024. Dernière ligne droite pour les 14 postulants

La date du 27 juin ...

Madar Holding honore l’acteur Algérien Sid Ahmed Agoumi

Le premier trophée « Afaneen El ...

Elections présidentielles anticipées de septembre 2024. Le compte à rebours…

A quelques mois de la ...