Accueil » ACTUALITE » La Commission algéro-française d’historiens sera bientôt installée. Toutes les questions seront abordées

La Commission algéro-française d’historiens sera bientôt installée. Toutes les questions seront abordées

La France de Macron a pris conscience des enjeux de la question mémorielle sur l’avenir des relations algéro- françaises. Plus aucun doute, la question mémorielle qui est au premier plan de la Déclaration d’Alger signée entre les deux présidents Abdelmadjid Tebboune et Emmanuelle Macron lors de la visite du locataire de l’Elysée en Algérie, est considérée par les deux parties comme un préalable à la relance des relations diplomatiques entre les deux pays du point de vue géostratégique et pas politique seulement. L’histoire de la colonisation à la Guerre d’indépendance sera bel et bien traitée dans tous ses aspects par des historiens des deux pays. C’est en effet le premier point de divergence né de la période postcoloniale mais qui s’est accentué depuis les déclarations imputées au président français en 2021 sur l’histoire de l’Algérie et le régime en place. Pour l’anecdote, certains français prétendaient que l’Algérie n’avait pas existé avant la France alors que la création de la seule ville d’Oran parmi tant d’autres villes algériennes remonte à l’année 901. Ensuite, il y a eu ce texte sur la «colonisation positive» voté en France, lequel a ouvert une brèche et un fossé dans les relations bilatérales. Les «contentieux» et les déclarations non mesurées nourries par certains courant extrémistes, leurs alliés d’outre-mer sur l’histoire de l’Algérie, avaient atteint des proportions inquiétantes ces dernières années, une manière préméditée de faire pression sur l’Algérie de se passer de sa demande de repentance de la France afin de relancer la coopération bilatérale. Cette guerre tumultueuse de la mémoire entre Alger et Paris a toujours alimenté les rubriques des médias de l’Hexagone et parfois servi savamment de bouc émissaire à la demande des français aux algériens de faire de même, c’est à dire reconnaître certains crimes de français contrairement à l’Algérie qui voyait juste de demander la reconnaissance officielle des crimes commis durant la période de la colonisation. Aux yeux des français, Macron à qui on reprochait de ne pas se faire reprocher de ne pas tendre la perche à l’Algérie a, cette fois, admis «officiellement» mais sans les reconnaître, les crimes de la colonisation de l’Algérie. Toutefois ces « petits pas» du président français pour clore définitivement la page de la guerre de mémoire sera-t-il suffisant? Pour la première fois une commission mixte d’historiens a été décidée par les deux présidents. La commission algéro-française d’historiens, qui sera installée dans un proche avenir, travaillera sur « toutes les questions » liées à la mémoire de la période coloniale à la Guerre de libération nationale, selon la « Déclaration d’Alger pour un partenariat renouvelé » ayant sanctionné la visite officielle du président français, Emmanuel Macron, en Algérie. L’Algérie et la France « conviennent d’établir une commission conjointe d’historiens algériens et français, chargée de travailler sur l’ensemble de leurs archives de la période coloniale et de la guerre d’indépendance. Ce travail scientifique a vocation à aborder toutes les questions, y compris celles concernant l’ouverture et la restitution des archives, des biens et des restes mortuaires des résistants algériens, ainsi que celles des essais nucléaires et des disparus, dans le respect de toutes les mémoires. Ses travaux feront l’objet d’évaluations régulières sur une base semestrielle », a-t-on mentionné. Les deux parties conviennent de créer, en France et en Algérie, des lieux qui seront à la fois un espace muséal ainsi qu’un lieu de création, de dialogue et d’échange des jeunesses franco-algériennes. Ces lieux accueilleront des chercheurs, des artistes, et des jeunes de la France et de l’Algérie qui mèneront des projets en commun. Le travail sera renforcé sur l’entretien des cimetières européens et la valorisation de leur patrimoine funéraire exceptionnel ». Les deux parties estiment que « le moment est venu de favoriser une lecture objective et de vérité d’un pan de leur histoire commune, tenant compte de l’ensemble de ses étapes afin d’appréhender l’avenir dans l’apaisement et le respect mutuel…( )… Elles entreprennent d’assurer une prise en charge intelligente et courageuse des problématiques liées à la mémoire dans l’objectif d’appréhender l’avenir commun avec sérénité et de répondre aux aspirations légitimes des jeunesses des deux pays », souligne ladite Déclaration. Concernant le dialogue politique, les deux parties considèrent que « le moment est venu d’évaluer les cadres existants de la coopération bilatérale et décident, à cet effet, de rehausser leurs concertations politiques traditionnelles par l’institution du Haut Conseil de coopération au niveau des Chefs d’Etat » pour « approfondir et concevoir ensemble, dans un esprit de confiance et de respect mutuels, des réponses adaptées aux questions bilatérales, régionales et internationales d’intérêt commun ». Ce Haut Conseil « supervisera les activités des différents mécanismes de la coopération bilatérale et donnera les grandes orientations sur les principaux axes de coopération, sur les actions concrètes de partenariat et en évaluera la mise en œuvre ». Pour ce faire, « des visites ministérielles bilatérales dans tous les domaines concernés se tiendront à échéance régulière pour en assurer le suivi », relève la « Déclaration d’Alger », précisant que sur les questions de défense et de sécurité, les chefs d’Etats « réuniront les responsables des deux pays sur le modèle de la réunion de Zéralda du 26 août 2022, chaque fois que nécessaire ». Cette instance se tiendra tous les deux ans, alternativement à Paris et à Alger « selon les modalités à définir ultérieurement », a-t-on précisé.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’importation de la viande rouge continue. Faire face à la hausse des prix

Hausse des prix des viandes ...

Ruées massives et précoces des estivants sur les plages de l’ouest Il ne suffit plus de température minimum pour se baigner

Faut-il attendre une température minimum ...

Sécurisation des plages «Opération coup de poing contre les squatteurs»

Comme il a été dénoncé ...

Prochaine session d’APW. Les forêts, la saison estivale, la santé et d’autres dossiers

La prochaine Session ordinaire de ...

Le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres. Projets de grande envergure au menu

Un nouveau Conseil des ministres ...