Accueil » CHRONIQUE » La cité universitaire, le dortoir…

La cité universitaire, le dortoir…

Parfois, on sent que des autorités sont à «court» d’idées sauf qu’elles s’agrippent à leur fauteuil, en rejetant toujours la faute sur d’autres. Les directeurs et autres ne sont, finalement, que des fusibles. Le décès de la jeune universitaire dans la cité universitaire a provoqué une colère noire. Le chef du gouvernement n’a pas commenté le drame. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Benziane, a affirmé que son département prendra les mesures nécessaires afin que des incidents similaires à l’explosion qui a eu lieu, samedi, et qui a coûté la vie à une étudiante à la cité universitaire «Ouled Fayet 2» à Alger, ne se reproduisent plus, a rapporté l’agence officielle APS. Et très vite, on nous annonce que le directeur de la cité universitaire Ouled Fayet 2 d’Alger, Seif Eddine Hadji, a été relevé de ses fonctions suite au décès dans une des chambres de cette résidence d’une étudiante originaire de Tiaret, a affirmé lundi à l’agence officielle APS, le Directeur général de l’Office national des Œuvres universitaire. Déjà, on aurait aimé voir la famille universitaire et à leur tête le ministre se rendre à l’enterrement de cette jeune universitaire. Quelles mesures ont été prises? Normalement, une réunion de tous les directeurs de cité aurait dû être convoquée pour faire le constat et élaborer un projet, en invitant la presse et les représentants des étudiants; là, je ne parle pas des organisations estudiantines qui ont soutenu le cinquième mandat de Bouteflika. Déjà, le ministère a très vite réagi pour démentir que l’incident est dû à une explosion d’une bouteille de gaz comme l’avait rapportée la protection civile. Le ministère indique que l’incident est le résultat d’un coup de circuit. Déjà, sur quelle base, le ministère s’est appuyé pour démentir la protection civile? C’est quoi ce délire! On ne peut démentir la protection civile que par une expertise et non pas par des paroles. La justice aurait dû s’autosaisir pour enquêter sur cette tragédie. Il y aura sûrement une enquête. Dans les deux cas, il y a mort d’une jeune universitaire. La cause, c’est une affaire de justice. C’est vrai que le directeur de cette cité n’a pas bien communiqué, mais il n’est pas le seul et unique responsable. Depuis les années 80, à l’université, on servait et on sert, selon des étudiants, une nourriture qui laisse à désirer. Dans toutes les cités universitaires, les étudiants ont soit une résistance ou une bouteille de gaz butane pour préparer leur repas et/ou se chauffer. Et pourtant, le budget des œuvres universitaires est important. Depuis les années 80 et peut-être avant, les étudiants demandaient une transparence dans la gestion de l’argent des œuvres universitaire et réclamaient un contrôle du ministère. Déjà, les cités universitaires sont des dortoirs, pas des cités aménagées pour y vivre. SVP, arrêter de nous prendre pour des débiles. Il est temps d’agir et de moderniser l’Université et la rendre agréable à y étudier et vivre.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le blé, l’autre «char»!

Malgré la chute des prix ...

La Palestine encore agressée!

Neuf Palestiniens ont été tués, ...

L’OPEP+ inflexible !

Les prix du pétrole brut ...

Un partenariat gagnant-gagnant!

Le président Tebboune a affirmé, ...

Les chars Léopard 2 de la discorde!

La guerre en Ukraine s’amplifie ...