Accueil » CHRONIQUE » La Chine ne craint pas le Covid…

La Chine ne craint pas le Covid…

Confronté à des manifestations inédites dans diverses régions et à une écono-mie fortement affectée par trois ans de restrictions sanitaires, la Chine a dû abandonner sa politique zéro Covid. Depuis le début de la pandémie, en 2020, la Chine imposait de strictes mesures qui ont permis d’épargner les personnes les plus à risque et celles peu vaccinées. Le pouvoir a mis fin à cette politique et à la plupart des restrictions le 7 décembre, qui avaient provoqué l’exaspération grandissante de la population et avaient considérablement affecté l’économie du pays. Lundi, Xi Jinping est sorti du silence pour appeler les autorités locales à «protéger efficacement la vie de la population», rapporte La Provence, qui se fait l’écho de l’AFP. A l’occasion de son premier commentaire public depuis l’abandon des mesures strictes anti-Covid, Xi Jinping, cité par la télévision d’Etat CCTV, a estimé que «la prévention et le contrôle du Covid-19 en Chine sont confrontés à une nouvelle situation et de nouvelles tâches». Et d’ajouter: «Nous devons mener une campagne de santé patriotique plus ciblée […] et bâtir un rempart solide contre l’épidémie.» Xi Jinping n’a toutefois pas donné davantage de précisions. On parle d’une très forte contamination, notamment chez les personnes les plus âgées, dont le taux de vaccination est faible. Le système de santé chinois serait proche de la saturation, selon la presse occidentale. Les autorités restent vagues sur les mesures qu’elles comptent mettre en œuvre pour enrayer la pandémie. Elles ont suspendu la publication du bulletin quotidien sur le nombre de cas de contamination et de décès. Le chef de l’OMS a exprimé mercredi son inquiétude face à l’évolution de la situation de la Covid-19 en Chine, indiquant que l’agence onusienne continuait à recevoir de plus en plus de rapports faisant état de la présence de la maladie dans tout le pays. «Nous continuons à demander à la Chine de partager les données et de mener les études que nous avons demandées, et que nous continuons à demander», a déclaré Dr Tedros, notant que «toutes les hypothèses sur les origines de cette pandémie restent ouvertes». La Chine a renommé le terme chinois pour le COVID-19 de «pneumonie à nouveau coronavirus» en «infection à nouveau coronavirus», selon un communiqué publié lundi par la Commission nationale de la santé. À partir du 8 janvier, la Chine rétrogradera la gestion de la maladie de la classe A à la classe B, conformément à la loi du pays sur la prévention et le traitement des maladies infectieuses, et la retirera de la gestion des maladies infectieuses nécessitant une quarantaine effectuée conformément à la Loi sur la santé aux frontières et sur la quarantaine de la République populaire de Chine, a ajouté le communiqué. Actuellement, le COVID-19 est classé comme une maladie infectieuse de classe B mais est soumis à des mesures de prévention et de contrôle d’une maladie infectieuse de classe A en Chine. La Chine mettra fin le 8 janvier aux quarantaines obligatoires à l’arrivée dans le pays, dernier vestige de sa stricte politique sanitaire du «zéro Covid» qui isolait le pays depuis près de trois ans.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Monde ne doit pas oublier le Soudan!

Ce lundi, le Secrétaire général ...

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...