Accueil » CHRONIQUE » La bureaucratie, cette gangrène!

La bureaucratie, cette gangrène!

Le Premier ministre a «diagnostiqué» le mal qui sévit en Algérie. Selon lui, c’est la bureaucratie qui est l’ennemi N°1 de la société algérienne. De Djelfa, Djerrad reconnaît que «beaucoup de décisions prises au niveau national, en faveur du citoyen, ne sont pas appliquées localement en raison de la bureaucratie». Il a, toutefois, reconnu l’existence d’un «cumul de 20 ans de corruption, de laisser-aller et de non respect de la dignité du citoyen». Non, la corruption a pris de l’ampleur durant ces dernières 20 années, mais elle existe depuis longtemps. La corruption a existé depuis l’ère du défunt Boumediene et il suffit de revenir à ses discours pour comprendre qu’elle était une entrave au développement. Au temps de Chadli et avec le libéralisme ou l’économie de bazar, elle s’est incrustée en s’imposant comme «mode d’emploi». Évoquant à Djelfa les préoccupations liées à la distribution de logements, toutes formules confondues, Djerad a fait savoir qu’il dépêcherait une commission d’enquête sur les logements indûment distribués. «En dépit des tentatives de distribution équitable de logements, ces derniers sont attribués, dans certains cas, de manière opaque et certaines attitudes sont inacceptables» dans le cadre de cette opération, a-t-il relevé, en ajoutant: «C’est pourquoi je dépêcherai, à mon retour à Alger, une commission d’enquête sur les logements indûment distribués pour les redistribuer aux familles en droit de les avoir». C’est la meilleure illustration de la corruption liée à la bureaucratie. Cette bureaucratie n’est que la résultante d’un système et d’une vision politique. Le système en Algérie a été toujours «opaque» et «ermétique». il n’écoute pas les doléances et les critiques. Pour tous les pouvoirs qui se sont succédé en Algérie, la critique est conçue comme du «sabotage» ou un «complot». Le système a laminé l’opposition car la considérant sa propre menace. La bureaucratie ne peut être «éliminée» ou être «minimisée» qu’avec la rupture d’un système en allant vers un nouveau mode politique et un Etat de Droit.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La pièce détachée, l’autre épine !

Depuis la pandémie, la pièce ...

Début de la cinquième vague?

Un millier de cas de ...

Situation détendue pour le blé !

La crise du blé est ...

La CNR dans le rouge!

La Caisse nationale des retraites ...

Le pétrole, casse-tête de l’OPEP

Comme prévu, l’OPEP a convenu ...

%d blogueurs aiment cette page :