Accueil » MONDE » Jordanie. Le roi Abdallah II et le prince Hamza scellent leur réconciliation
FILE - In this Dec. 10, 2020 photo released by the Royal Hashemite Court, Jordan's King Abdullah II gives a speech during the inauguration of the 19th Parliament's non-ordinary session, in Amman Jordan. Jordan’s army chief of staff says the half-brother of King Abdullah II was asked to “stop some movements and activities that are being used to target Jordan’s security and stability.” The army chief of staff denied reports Saturday, April 3, 2021, that Prince Hamzah was arrested. He said an investigation is still ongoing and its results will be made public “in a transparent and clear form.” (Yousef Allan/The Royal Hashemite Court via AP, File)

Jordanie. Le roi Abdallah II et le prince Hamza scellent leur réconciliation

La déclaration d’allégeance signée lundi 5 avril au soir par le prince Hamza a clos une crise ouverte au sein de la dynastie hachémite. La tension est retombée à Amman, lundi 5 avril, après une crise de quarante-huit heures qui a révélé des fractures insoupçonnées au sein de la famille royale. Le prince Hamza, demi-frère cadet du roi Abdallah, que le pouvoir avait accusé pendant le week-end de menées séditieuses, en lien avec une mystérieuse puissance étrangère, est rentré dans le rang. Agé de 41 ans, le fils de la reine Noor, quatrième épouse du défunt roi Hussein, a signé une déclaration dans laquelle il réitère son allégeance au souverain. «Je resterai fidèle à l’héritage de mes ancêtres, à Sa Majesté le roi ainsi qu’à son prince héritier, et je me mettrai à leur disposition pour les aider et les soutenir», a écrit le prince dans le texte publié lundi soir par le palais royal. La réconciliation, qui s’est déroulée au domicile d’un oncle du roi, le prince Hassan Ben Talal, 74 ans, vieux sage de la dynastie hachémite, met un terme – au moins provisoire – à une querelle qui menaçait de déstabiliser le royaume. La crise avait éclaté samedi 3 avril, avec l’annonce de l’arrestation de personnalités proches du roi Abdallah II et la révélation concomitante par le prince Hamza de son assignation à résidence, sur fond de rumeurs de coup d’Etat avorté. Le lendemain, le ministre des affaires étrangères, Ayman Safadi, avait impliqué le quadragénaire dans un complot «tué dans l’œuf», conduit en lien avec Bassem Awadallah, un ancien conseiller du roi Abdallah, qui fut son représentant personnel en Arabie saoudite, et Cherif Hassan Ben Zaid, un autre membre de la famille royale, qui assume aujourd’hui cette fonction.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Carrefour de Mostaganem

Université. Les prolifiques apports au ...

Palestine. La Colombie confirme qu’elle va ouvrir une ambassade à Ramallah

La Colombie va ouvrir une ...

L’Europe appelle Israël à ne pas “menacer” les juges de la CPI

Le chef de la diplomatie ...

Iran. Décès du président Ebrahim Raïssi dans un accident d’hélicoptère

Le gouvernement iranien a annoncé ...

Le Carrefour de Mostaganem

Sans domicile fixe. Les raisons ...