Accueil » MONDE » Joe Biden appelle à l’unité pour voter son vaste plan de relance
U.S. President Joe Biden speaks about his administration's plans to respond to the economic crisis, in the State Dining Room at the White House in Washington, U.S., January 22, 2021. REUTERS/Jonathan Ernst

Joe Biden appelle à l’unité pour voter son vaste plan de relance

Le président des Etats-Unis a pris toute une série de mesures pour augmenter l’aide alimentaire, prolonger le moratoire des expulsions et simplifier les aides. Le nouveau président américain, Joe Biden, s’exprime sur le plan de relance de son administration, le 22 janvier à la Maison Blanche, à Washington. La première semaine de Joe Biden s’est bien passée : l’économiste spécialiste du travail Janet Yellen a vu, vendredi 22 janvier, sa nomination au poste de secrétaire au Trésor approuvée à l’unanimité de la commission des finances du Sénat, et sa confirmation en séance plénière devrait être écrasante. Le président a pris des premiers décrets présidentiels pour venir en aide aux Américains frappés par le Covid-19 et la pauvreté. « Nous ne pouvons pas, ne laisserons pas les gens souffrir de la faim. Nous ne pouvons pas laisser les gens être expulsés. Nous ne pouvons pas voir les gens perdre leur emploi. Et nous devons agir. Nous devons agir maintenant », a déclaré vendredi Joe Biden. Le président a ainsi pris toute une série de mesures pour que le ministère de l’agriculture augmente son aide alimentaire aux 30 millions d’Américains qui disent avoir des difficultés à se nourrir. Il a prolongé le moratoire sur les expulsions locatives, alors que 14 millions de ménages ont des retards de loyers. M. Biden a également simplifié l’accès aux aides fédérales afin que les petites entreprises, souvent gérées par des minorités, puissent faire valoir leurs droits après s’être perdues dans le maquis administratif sous l’administration Trump. Il a accordé le droit aux salariés qui ne s’estiment pas en sécurité sanitaire dans leur entreprise de toucher les allocations-chômage. Il a aussi demandé que le gouvernement fédéral paie ses salariés et ses sous-traitants à un salaire équivalent à 15 dollars de l’heure, montant qu’il voudrait généraliser pour tous les Etats-Unis. Mais pour cela, il faut compter sur le Congrès des Etats-Unis, en particulier le Sénat, qui compte 50 démocrates et 50 républicains. Ce dernier ne penchera à gauche qu’avec la voix décisive de la vice-présidente, Kamala Harris, et encore, pas dans tous les cas : il faut une majorité de 60 voix pour voter les lois non purement budgétaires, comme l’augmentation du salaire minimal.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Recensement à Relizane. 1105 agents mobilisés pour l’opération

Par R. Aymen Dans le ...

Afghanistan. Un attentat contre un centre éducatif fait au moins 19 morts

Le bilan est extrêmement lourd. ...

Tlemcen. Les acteurs du tourisme en conclave

Par S. T. Smain L’hôtel ...

L’ex-président mauritanien Aziz inculpé pour corruption

L’ancien président mauritanien, Mohamed ould ...

Depuis le naufrage jeudi au large des côtes syriennes.100 morts et 20 survivants

Un nouveau corps a été ...