Accueil » ORAN » Jardins publics. Quand les lieux de repos se transforment en lieux de délinquance

Jardins publics. Quand les lieux de repos se transforment en lieux de délinquance

Les espaces verts apparaissent comme un contrepoint à la  »dureté minérale » et disposent d’une capacité d’offrir des sensations multiples: création de microclimats, ombre, fraîcheur, protection contre les courants d’air, etc… Inopportunément, ces espaces posent problème dans la plupart des quartiers et cités et perdent progressivement leur rôle. En effet, ces espaces vitaux, soient-ils, s’exposent tantôt à la barricade ou l’abandon, tantôt au saccage et à l’appropriation illicite émanant d’indus occupants avec des attitudes systématiques de contournement des normes ou des attitudes d’indolence et de mobilisation à l’égard de leur entretien. Autrefois, havres de paix et de détente pour les citoyens, les jardins publics d’Oran sont en train de subir une transformation inquiétante. Ces espaces verdoyants qui étaient des lieux de rassemblement familial et communautaire, sont devenus le théâtre de délinquance, d’insécurité et d’inconfort pour la population. Situés à quelques encablures de la SW d’Oran, l’espace vert et l’aire de jeu mitoyen de la cité Vaucluse se trouvent être l’endroit propice pour servir d’abri aux délinquants. Il est aussi le lieu idéal où des personnes sans pudeur se livrent à la consommation ou à la vente de psychotropes et drogue, à l’instar de cet espace vert, celui d’en face de la poste d’Oussama qui est devenu le refuge des voyous. On voit de tout ici. « C’est ce qui nous met vraiment mal à l’aise! », grogne une dame visiblement mécontente de la situation. Elle a requis l’anonymat, avant de confier : «  Des jeunes ont élu domicile dans ledit jardin pour s’adonner à la consommation d’alcool et de drogue. Nos jardins sont gangrénés par les fléaux sociaux, les citoyens ne cessent de dénoncer cette situation sans que des mesures soient prises. Les jardins publics d’Oran offrent le meilleur cadre pour tous les vices. Quel repos donc, lorsque des familles entières sont contraintes d’assister impuissantes à des comportements indécents et cela au vu et au su des pouvoirs publics censés mettre un terme à ces pratiques contraires à la morale.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...

Dégradation, acte de vandalisme et insalubrité. Problématique de la gestion des cimetières

Triste sort pour nos morts ...

Environnement. «Insalubrité: lourdes conséquences sur l’activité et la vie humaine»

Le médecin généraliste, M.Serrour, évoque ...