Accueil » Point de Vue » Israël viole la décision de la CPI

Israël viole la décision de la CPI

Ce n’est pas la première fois que les sionistes violent le droit international. Cela se faisait depuis la création de cette entité criminelle en 1948. Depuis cette date, le Conseil de sécurité a adopté 229 résolutions sur la colonisation, le statut de Jérusalem ou le retour des réfugiés. Aucune de ces résolutions n’a été appliquée. En même temps, contre l’Irak et d’autres pays comme la Russie dernièrement, les résolutions du Conseil de sécurité sont vite mises en application. C’est l’impunité flagrante; c’est l’injustice qui se concrétise en plein jour. Les trois questions pertinentes du problème palestinien sont la colonisation dans les territoires occupés en 1967, le statut de Jérusalem (El Qods) comme ville et capitale politique et religieuse, divisée entre deux Etats et le droit des Palestiniens chassés de leurs territoires, de retourner, sans les moindre contraintes, à leurs terres ancestrales. A l’ONU, paraît-il, l’Entité sioniste bénéficie d’un statut particulier, celui d’un «Etat» hors pair, dans le sens de hors-la-loi. Ce qui se passe, n’est pas du tout normal non plus logique. Où sommes-nous par rapport aux promesses données par les puissances victorieuses, après la fin de la seconde guerre mondiale? L’ONU et ses dérivées n’ont pas été fondées dans l’espoir de ne plus revivre les affres du nazisme et du fascisme et que cette Institution internationale sera la grande tribune de plaidoirie pour toute l’humanité sans distinction de race, de culture, de religion ou de langue. Il suffirait de jeter un coup d’œil dans les textes de la charte de l’ONU, afin de constater à quel point l’aspect humanitaire y était présent et récurrent. L’on avait introduit le côté humanitaire de manière très vilaine et trompeuse, pour enfin servir la « grande cause » des multinationales, la finance internationale et l’expansionnisme économique occidental. Après la seconde guerre mondiale, suivie de la fondation de l’ONU et la rédaction du droit international, le colonialisme avait parfaitement réussi à changer de masque et non de principes, de mentalités et surtout de cupidité. Depuis, l’ère du colonialisme militaire et d’occupation territoriale, l’homme en occident ne pourrait plus s’en passer d’une certaine idée fixe. C’est de vivre aux dépens des peuples assujettis. Il n’y aurait, au fait, que les gens crédules qui continuent de croire à l’ONU et à son Conseil de sécurité, pis encore à son CPI. La traduction de l’entité sioniste devant la CPI, les décisions du Conseil de sécurité, rendus à cet effet, ne sont en vérité que des manœuvres visant surtout à trouver un subterfuge pour cet «Etat» criminel, hors la loi…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Est-il temps de réformer le Conseil de sécurité (ONU)?

A vrai dire, c’est tout ...

L’Aïd éclipse tous les autres sujets

C’est surtout.. Les prix du ...

BAC : Les épreuves de l’angoisse

C’est le passage obligé vers ...

Le train Algérie-Tunisie sifflera de nouveau

Il y aurait quelque part, ...

Les barons de la drogue dans le collimateur

Depuis sa position géographique exemplaire ...