Accueil » Point de Vue » Irait-on vers une dure sécheresse?

Irait-on vers une dure sécheresse?

La saison agricole 2022/23 finirait-elle sans pluie? Nous sommes à la mi-janvier et pas encore la moindre goutte. En tous les cas, il y a devant nous deux autres mois hivernaux et il faudrait bien garder l’espoir que la situation puisse changer. Les perturbations climatiques sont légion aux quatre coins de la planète. Des sécheresses plus ou moins chroniques, des tempêtes de neige, des chutes de température, se font remarquer sur les cinq continents. Toute la planète vibre au rythme de ces perturbations risquant de changer le climat avec les sociétés et les économies. C’est pour ça, qu’il faudrait bien s’inquiéter … Notre économie nationale en dépendrait grandement. La pluviométrie est fortement liée à la disponibilité des sources hydriques et à la production agricole, deux éléments vitaux pour la survie de la population. Mais est-ce qu’il y aurait des alternatives à cette situation de crise? Absolument oui! Il faudrait miser sur les usines de dessalement des eaux de mer et les stations d‘épuration des eaux usées. Seulement, il faudrait mettre sur pied un projet national à dimension stratégique, avec des gros investissements. Si nous sommes privés de précipitations en temps voulu, nous sommes en revanche dotés d’autres richesses inestimables. Nous avons des côtes sur la méditerranée longues de plus de 1200 km… Nous sommes capables de mettre sur pied une chaîne d’usines de dessalement des eaux de mer, d’est en ouest. Il n’y aurait pas, à notre avis, d’autres alternatives aux problèmes de la sécheresse et les perturbations climatiques. Il faudrait ainsi penser à ces solutions s’avérant inéluctables et surtout faire vite. Je crois bien que l’Algérie possède un savoir-faire, suffisamment bon et une certaine maîtrise de la technologie du dessalement des eaux de mer et de l’épuration des eaux usées. Il faudrait donc procéder à une exploitation rationnelle des moyens de bord. Lorsque j’ai dit plus haut: une solution stratégique, cela voudrait dire que l’eau produite suite aux procédés de dessalement ne toucherait pas uniquement les besoins de consommation domestique et l’usage ménagère de l’eau, mais également, des projets d’irrigation des champs agricoles. Lorsque l’on veut rêver, il n’y aurait pas d’objection de rêver grand, fût-ce beaucoup plus grand que soi. A bien méditer cette question, il faudrait que l’on sache qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort..la population algérienne s’élance avec une augmentation géométrique ne laissant aucune marge pour d’autres alternatives.. L’eau n’est pas moins vitale que le pain…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pas de fête de l’Aïd pour Ghaza

Comment pourrait-on penser à célébrer ...

Hamas a déjà gagné la guerre

Loin des considérations exclusivement militaires…, ...

Et… on continue à vendre des armes à Israël !

C’est une erreur de penser ...

La Harga continue de plus belle

Pour certains jeunes en plein ...

Produits périmés: des tonnes et des tonnes saisies

Les services de contrôle qualité ...