Accueil » ÉCONOMIE » Investissement. La ZLECAF courtisée par les opérateurs Algériens et africains

Investissement. La ZLECAF courtisée par les opérateurs Algériens et africains

Les opérateurs économiques algériens sont interpellés à se préparer à accéder à de nouveaux marchés du continent en profitant de la ZLECAF et de toutes les opportunités offertes à cet égard », selon cet appel paru sur la page Facebook du commerce Tayeb Zitouni. Quel rôle peut jouer la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) dans la promotion des investissements et du commerce intra-africain ? L’Algérie a réaffirmé, pour rappel, son engagement en faveur des objectifs de complémentarité et d’intégration en Afrique, considérant la création de la ZLECAF comme une étape cruciale et importante eu égard au contexte économico-financier et une étape vers la réalisation de l’intégration continentale. L’Algérie qui a œuvré à la concrétisation de la ZLECAF dès l’amorce des négociations rappelle, en outre, qu’il s’agit de l’une des plus grandes zones de libre-échange au monde avec un marché de plus de 1,3 milliard de personnes et un PIB combiné d’environ 2.500 milliards de dollars.  Le ministre du commerce et de la promotion des exportations vient d’interpeller les investisseurs algériens et les opérateurs économiques à plus d’implication dans le processus d’investissement et d’échanges commerciaux avec l’Afrique. L’objectif visé est l’accès à de nouveaux marchés africains pour tirer profit des opportunités offertes par la ZLECAF. Dans cette optique, il s’agit d’encourager le commerce interafricain, notamment à travers la promotion des produits du marché Algérien qui sont selon ses propos compétitifs et prometteurs, de manière à contribuer au soutien et au renforcement de la position de notre économie nationale sur le continent africain. Pour ce qui est du rôle attendu de la ZLECAF, il est important de focaliser sur le renforcement des couloirs économiques dans notre région ainsi que sa participation permanente et qualitative à toutes les réunions consacrées à la redynamisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), s’inscrit dans le cadre de l’effort commun visant à réaliser les aspirations de nos peuples quant à cet accord. Cet accord devra permettre selon les experts Algériens d’augmenter le taux de commerce inter-africain, estimé actuellement à près de 15%, à des niveaux dignes de nos capacités et de nos aspirations », outre « la création d’un marché africain qui assure une libre circulation des marchandises entre les pays et d’instaurer, par la suite, une union douanière et un groupe économique africain à l’horizon 2028 à même de concurrencer les autres blocs économiques internationaux ». Pour le PDG du CAAID, il faut associer la communauté algérienne à l’étranger à l’effort d’investissement, de diversification de l’économie nationale et de promotion des exportations, notamment vers les pays africains pour être au diapason de la politique économique du pays qui « s’inscrit dans le processus de promotion de l’économie, de l’investissement et de l’exportation, en assurant tous les moyens nécessaires »

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

4ème Conférence africaine sur la gestion des Finances publiques. Blanchiment d’argent et lutte anti-corruption en ligne de mire

La lutte contre les flux ...

Lutte contre la drogue. Pour une approche stratégique appropriée

Les affaires et les procès ...

18ème édition du Salon International de la Pharmacie en Algérie (SIPHAL). Industrie pharmaceutique algérienne: Quelles perspectives?

Cette démarche s’inscrit dans le ...

ENTMV. Un navire italien et un solde sans précédent des billets

Le navire italien affrété par ...

Cancéreux sans couverture sociale. La CNAS accélère le processus de prise en charge

La carte Chiffa est désormais ...